Ghana: des activistes contre un projet de mine de bauxite

Photo.Illustration. La forêt recouvre 90% du territoire gabonais

Au Ghana, un projet d’exploitation d’une mine de bauxite située dans une réserve forestière irrite les défenseurs de l’environnement.

C’est un bras de fer qui se dessine entre le gouvernement et les défenseurs de l’environnement au Ghana. En cause, un projet d’exploitation de gisement de bauxite situé dans la réserve forestière d’Atewa, dans l’est du pays.

Le site contient d’importants gisements de bauxite, une composante essentielle de la production d’aluminium.

Mardi, les défenseurs de l’environnement ont accusé le président ghanéen Nana Akufo-Addo d’avoir l’intention d’extraire de la bauxite dans ladite réserve forestière précisant que cela mettra en danger l’accès de millions de personnes à l’eau potable en amont comme en aval de la réserve.

Pour les autorités ghanéennes, exploiter la bauxite contribuera à l’industrialisation et à la transformation de l’économie. La bauxite pourrait générer plus de 500 milliards de dollars de revenus et créer des dizaines de milliers d’emplois.

La réserve forestière d’Atewa est considérée comme l’un des endroits les plus riches en biodiversité de la planète. Elle abrite de nombreuses espèces rares, et est une source essentielle d’eau potable.

“Le secret entoure” la mise en oeuvre du projet minier, a affirmé une coalition d’ONG et de militants. Ces derniers exigent la suspension du projet ainsi que des consultations et des études d’impact.

Selon l’ong Global Forest Watch, le Ghana a perdu 60% de forêt tropicale primaire en 2018 par rapport à 2017, un rythme très soutenu qui inquiètent les Ong.

L’année dernière, des militants d’ONG environnementales avaient fait le voyage d’Atewa à Accra pour manifester leur opposition au projet. Le Conseil chrétien du Ghana a également demandé que le parc soit protégé.

En mai, l’US Forest Service, qui a donné des conseils techniques sur les projets miniers, a mis en garde contre “un impact potentiel significatif et permanent” sur la forêt ainsi que sur ses eaux.

En 2018, le Parlement ghanéen a approuvé un accord avec la société chinoise Sinohydro Group Limited pour la réaliser pour environ 2 milliards de dollars des infrastructures en échange de la bauxite raffinée du Ghana.


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*