Mort de Mohammed Morsi : une enquête impartiale exigée

L’ancien président égyptien, Mohammed Morsi décédé lundi au Caire (Egypte) a été inhumé mardi dans la plus grande discrétion. Seulement des ONG exigent une enquête impartiale sur les conditions de sa détention.

Parmi les organisations de défense des droits humains qui réclament cette enquête figure Human Right Watch (HRW).

Selon Amr Bagdi, membre de Human Right au Caire, l’ex président n’était pas à sa première crise depuis son arrestation en 2013.

« Ce n’est pas la première fois Mohamed Morsi est tombé dans le coma en détention. », a fait savoir Bagdi signifiant que  » l’ex président s’inquiétait pour son diabète et de son insuline précisant qu’il n’avait jamais été osculté par des médecins indépendants « .

D’après Amr Bagdi,  » l’isolement et les mauvais traitements infligés au président Morsi pourraient s’apparenter à de la torture « .

Du côté de ses anciens proches et collaborateurs des Frères musulmans interdits en Egypte, la disparition de M. Morsi est meurtre.

L’opposant Khaled Dawoud du Front du salut national, affirme que le président défunt a été injustement traité en prison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *