Sénégal : plus de 4000 accidents de la route recensés par an

Au Sénégal, en moyenne 4554 accidents de la circulation sont recensés par an dans ce pays d’Afrique de l’Ouest à en croire son ministre des Infrastructures terrestres et du Désenclavement face à la presse jeudi à Dakar.

Quelles stratégies pour réduire le nombre d’accident de la circulation et leurs impacts au plan humain au Sénégal?

Les autorités du pays de la Terranga réfléchissent à des solutions pour avoir des routes sûres.

Car, si l’on en croit Oumar Youm, le ministre des Infrastructures terrestres et du Désenclavement, environ 4554 accidents de la circulation sont recensés chaque année au Sénégal pour à peu près 550 cas de pertes en vies humaines.

S’exprimant lors du lancement de la Semaine nationale de la prévention routière, Me Youm dira que  » Ces accidents aux conséquences économiques, sociales et environnementales énormes atténuent les performances économiques du pays ».

Pour le ministre Sénégalais, bon nombre de ces accidents sont imputables au comportement humain. M Youm a notamment mis cause l’excès de vitesse, la somnolence au volant, la conduite état d’ébriété, la fatigue et le non-respect des règles (Code de la route).

C’est pourquoi a-t-il fait savoir que « le chef de l’Etat a demandé à la tutelle en rapport avec les acteurs concernés, notamment la police et la gendarmerie, de prendre des mesures durables à cette problématique qui constitue un enjeu économique et sociétal majeur ».

Le président de l’Association des assureurs du Sénégal n’est pas allé dans le sens contraire. Mouhamadou Moustapha Noba (AAS) précisera que les « accidents de la circulation représentent un lourd fardeau pour l’économie nationale ».

Selon lui, « 90 % des causes des accidents de la route à la lecture des statistiques », sont dues à « des erreurs humaines ».

Et en termes de dommages collatéraux,  » Ce sont des milliards de francs Cfa, environ 12 milliards de Dollars, qui sont versés par les sociétés d’assurance pour indemniser les victimes et prendre en charge les soins spécialisés des blessés gravement atteints », a-t-il ajouté.

Magazine24 & APS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.