Situation au Soudan: enfin le bout du tunnel?

Le chef du Conseil militaire de transition, Abdel Fattah al-Burhane

L’Ethiopie propose une instance de transition à majorité civile.

L’Éthiopie est au cœur des négociations au Soudan plongée dans une crise depuis la destitution du président Omar El Bechir, propose la mise en place d’une instance de transition dominée par les civils.

La proposition a été faite par l’émissaire Mahéthiopien qui tente de mettre fin à la crise politique.

Il suggère au Conseil Militaire de Transition (CMT) la formation d’une instance de transition majoritairement composée de civils.

Mahmoud Drir, à en croire deux leaders des protestataires précise que l’instance sera constituée de 15 personnes, avec huit civils et sept militaires.

Ce projet indique t-on était à l’étude depuis le début de la crise.

Selon l’AFP qui cite Amjad Farid, l’un des leaders de la contestation, sur les huit civils, sept seraient issus de l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC), d’après l’ébauche d’un compromis montré par l’émissaire éthiopien.

Et M. Farid d’ajouter que ce document «confirme les accords précédents» conclus avec l’armée.

A l’issue de longues négociations, les représentants de la contestation et les militaires au pouvoir s’étaient déjà mis d’accord sur une période de transition d’une durée de trois ans et sur un Parlement de transition constitué de 300 sièges, dont les deux tiers sont réservés à l’ALC.

Le document présenté par Mahmoud Drir, qui représente «un accord sur les principes de la transition», a été établi «sur la base des consultations menées avec nous et avec le Conseil militaire», a affirmé l’ALC dans son communiqué, samedi matin.

Magazine24 & AFP


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*