Syrie : Damas accusé de « détourner » l’aide humanitaire

Dans un rapport publié vendredi, l’Ong de défense des droits humains, Human Right Watch (HRW) révèle que le régime de Damas ferait main basse sur les fonds devant aider à la reconstruction de ce pays en guerre.

D’après l’Ong, le gouvernement syrien cherche à s’approprier l’assistance humanitaire et les fonds alloués à la reconstruction du pays, en les employant dans certains cas pour financer ses propres politiques répressives. « Les donateurs et investisseurs devraient modifier leurs pratiques d’aide et d’investissement pour veiller à ce que tous les financements qu’ils apportent soient correctement utilisés pour favoriser les droits de tous les Syriens », préconise HRW.

Le rapport intitulé  » Un système truqué : Comment les politiques gouvernementales récupèrent l’assistance humanitaire et le financement de la reconstruction en Syrie « , examine les politiques et restrictions pratiquées par les autorités syriennes vis-à-vis de l’aide humanitaire et des financements pour la reconstruction et le développement de la Syrie.

« Les politiques du gouvernement syrien en matière d’aide et de reconstruction semblent anodines, pourtant elles sont utilisées pour punir les personnes perçues comme opposants et récompenser ses partisans « , a déclaré Lama Fakih, directrice par intérim de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch. Elle fait savoir en outre que « La façon dont le gouvernement syrien encadre l’aide humanitaire porte atteinte aux droits humains : il faut que les donateurs s’assurent qu’ils ne sont pas complices des violations qu’il commet.  »

Human Rights Watch révèle que les entretiens menés avec des travailleurs humanitaires, des donateurs, des experts et des bénéficiaires, et l’examen de données accessibles au public sur l’aide humanitaire et l’assistance au développement et à la reconstruction et documentés dans le rapport ont permis de constater que le gouvernement syrien avait mis en place un cadre politique et légal qui lui permet de détourner les ressources de l’aide humanitaire et de la reconstruction afin de financer ses propres atrocités, de punir ceux qu’il perçoit comme opposants et de favoriser ceux qui lui sont fidèles.

Human Rights Watch révèle aussi que le gouvernement restreignait l’accès des organisations humanitaires aux communautés ayant besoin d’aide, ou qui supposément en reçoivent, approuvait les projets humanitaires de façon sélective et exigeait des partenariats avec les acteurs locaux validés par sa sécurité.

Ces exigences soutient HRW, impliquent souvent que l’assistance est détournée à travers un appareil d’État abusif, afin de punir les populations civiles perçues comme opposants et de récompenser celles qu’il considère comme loyales ou qui peuvent servir ses intérêts.

Magazine24 & HRW

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *