CIV : 150 millions $ de la Banque Mondiale pour la phase II du PREMU

Le Conseil d’administration de la Banque mondiale a approuvé récemment un financement additionnel de 150 millions de dollars au profit du secteur de l’eau et de l’assainissement dans douze villes secondaires en Côte d’Ivoire.

Cette enveloppe d’environ 86 milliards de FCFA octroyée par la Banque mondiale dans le cadre de la phase II du Projet de renforcement de l’alimentation en eau potable et d’assainissement en milieu urbain (PREMU) « va aider la Côte d’Ivoire à développer de meilleurs services d’alimentation en eau potable et d’assainissement pour les plus démunis », selon Pierre Laporte, Directeur des opérations de la Banque mondiale pour la Côte d’Ivoire.

Ces fonds vont permettre de « créer un environnement favorable à la participation du secteur privé dans un secteur à forte intensité de capital à travers le renforcement des capacités des acteurs et l’amélioration des performances du service public de l’eau en milieu urbain », a précisé le Directeur des opérations de la Banque mondiale pour la Côte d’Ivoire.

A terme, l’assistance de la Banque permettra de fournir de l’eau potable et de créer ou d’améliorer, là où ils existent déjà, des services d’hygiène dans des centaines d’établissements scolaires, en plus d’alimenter plus d’un million de personnes en eau potable.

Selon Fadel Ndaw, spécialiste principal du secteur de l’eau et de l’assainissement à la Banque mondiale  » le projet sera mis en œuvre de juillet 2019 à avril 2024. Il permettra à 1.200.000 personnes dans 12 villes secondaires de Côte d’Ivoire d’avoir accès à des services améliorés d’eau potable et à 90.000 élèves d’avoir accès à l’assainissement et à l’hygiène dans leurs écoles « .

Au final, le projet permettra de réduire les pertes d’eau et d’améliorer son accès dans les zones les plus pauvres du Sud d’Abidjan, la capitale économique.

Actuellement, 56 % de la population ivoirienne (estimée 23,5 millions en 2014) vit dans des zones urbaines et la croissance urbaine reste élevée, à 5 % par an. D’ici 2050, la population urbaine représentera deux tiers de la population nationale.

Magazine24 & Banque Mondiale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *