Enquête aux USA après la découverte de certains missiles américains en Libye

Les Etats-Unis ont indiqué samedi enquêter après la découverte des missiles non-autorisés à l’export en Libye, pays d’Afrique du Nord confronté à une crise politico-sécuritaire depuis la mort en 2011 de Muammar Khaddafi.

Ces armes présentées comme d’origine américaine et chinoise alors que la Libye est soumise par l’ONU à un embargo sur les armes ont été présentées samedi par les forces loyales au Gouvernement d’union nationale (GNA) qui affirment les avoir saisi dans une base des combattants rivaux du maréchal Haftar.

Les munitions en question, trois missiles antichars Javelin de fabrication américaine et sept projectiles d’artillerie à guidage laser Norinco GP6 de fabrication chinoise, ont été identifiées par un spécialiste des questions de défense, Arnaud Delalande.

Selon Ibrahim al-Touil, combattant des forces du GNA cité par l’Agence France Presse, plusieurs missiles et des armes auraient été récupérés dans la ville de Gharyan (ouest) située à une centaine de kilomètres de Tripoli, après des violents combats avec les troupes de Khalifa Haftar, homme fort de l’est libyen et dont les forces tentent depuis début avril dernier de s’emparer de la capitale libyenne.

Toujours d’après le combattant du GNA, ces armes auraient été fournies à Khalifa Haftar par les Emirats arabes unis, un allié des Etats-Unis et soutien du Maréchal Haftar.

Vendredi, le New York Times faisait savoir que chacun de ces missiles coûtait 170.000 dollars et la cargaison avait été vendue par les Etats-Unis en 2008 dans le cadre d’un contrat avec les Emirats et le sultanat d’Oman.

Magazine24 & AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *