Indonésie : Condamnée pour diffusion de preuves indécentes

La justice indonésienne a condamné vendredi une dame accusant son patron de harcèlement sexuel pour avoir diffusé selon la justice des preuves indécentes.

La justice reproche à Baiq Nuril Maknun, une maîtresse d’école d’avoir publié sur les réseaux sociaux les appels qu’elle avait enregistré au préalable.

La Cour suprême d’Indonésie qui a condamné Nuril Maknun en appel a fait savoir qu’elle avait enfreint la loi qui reprime les contenus pornographiques en permettant à d’autres personnes d’écouter ces contenus obscènes.

La condamnation de Baiq Nuril Maknun à suscité l’indignation générale et attisé l’ire de plusieurs organisations de défense des droits humains.

Selon ces organisations, d’autres harceleurs pourraient se servir du verdict pour attaquer en justice leurs victimes pour crimes sexuels.

Magazine24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *