Accord au Soudan : les militaires engagent « leur parole »

Le Conseil militaire de transition qui a convenu d’un accord avec les représentants de la contestation s’est engagé samedi à « appliquer » l’accord de transition.

Après l’accord qualifié d’historique vendredi dans lequel, militaires et représentants de la contestation sont convenus sur la composition de l’organe de transition fixé à cinq militaires et six civils, dont cinq issus de l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC), le Conseil militaire au pouvoir au Soudan s’est engagé samedi à « appliquer » et « préserver » cet accord conclu 48 heures plus tôt.

En effet vendredi, les généraux et les chefs de la contestation ont accepté le principe d’une présidence alternée à la tête d’un « Conseil souverain », devant diriger une transition d’environ trois ans.

Cet accord obtenu à la suite des médiations de l’Éthiopie et de l’Union africaine, intervient environ trois mois après la destitution par l’armée du président Omar Al Béchir et des tensions qui s’en sont suivies et qui ont été ponctuées par une répression sanglante du 3 juin devant le QG de l’armée à Khartoum la capitale.

Dans une allocution télévisée, le chef du Conseil militaire de transition, Abdel Fattah al-Burhane a fait savoir que « Le Conseil militaire s’engage et promet de préserver ce sur quoi nous nous sommes mis d’accord, et veiller à son application ».

Selon les termes de l’accord de vendredi, les militaires vont d’abord présider la transition pendant 21 mois et les civils prendront la relève durant 18 mois.

« Nous allons travailler en étroite coopération avec nos partenaires de l’ALC et les autres forces dans l’objectif de réaliser les aspirations du peuple », a promis le général Burhane.

Magazine24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *