Nigeria : les banques invitées à prêter sous peine de sanctions

Photo/Illustration/Lagos-Nigeria

La Banque centrale du Nigeria a fait savoir qu’elle pourrait obliger les banques à prêter davantage sous peine de faire face à des exigences plus élevées en matière de réserves de trésorerie. Des exigences qu’elle compte imposer dans le cadre d’une série de mesures visant à relancer une économie en difficulté.

Dans une circulaire datée du 3 juillet, la Banque centrale a indiqué que les institutions qui n’atteindront pas un ratio prêt/dépôt minimum cible de 60 % d’ici septembre devraient maintenir leurs réserves en liquidités à un niveau plus élevé.

La banque centrale nigériane entend à travers cette mesure pousser les banques à accorder des crédits aux entreprises et aux consommateurs après une récente récession qui paralysé la plus grande économie d’Afrique et où les prêts bancaires sont en chute.

L’économie nigériane s’est depuis lors remise de cette contraction, mais les prêts n’ont pas repris car la croissance est lente et les banques préfèrent investir dans des titres publics sans risque plutôt que de prêter aux entreprises et aux consommateurs.

Mais, “Le non-respect du minimum susmentionné (ratio prêt/dépôt) …. entraînera la mise en place d’une réserve de trésorerie supplémentaire égale à 50 % de l’insuffisance de crédit “, a averti la banque centrale qui précise que des contrôles et des évaluations seront faits chaque trimestre.

Plusieurs banques nigérianes s’étaient fixées des objectifs d’expansion ambitieux avant l’effondrement des cours du pétrole mi-2014. Certaines ont décidé de conserver leur capital au détriment de bénéfices plus élevés par le biais de prêts.

“Il n’y a aucune chance que nous n’assistions pas à une reprise des prêts problématiques dans le cadre de cette circulaire “, a déclaré un analyste. “Il y a une possibilité de réévaluer les prêts… ce qui aurait un impact sur les marges”, a-t-il précisé.

Magazine24 & Reuters


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*