Nucléaire Iranien : Théréran lance son programme d’enrichissement

Photo/Illustration/Les tensions entre l'Iran et les Etats-Unis se sont accentuées avec la destruction par un navire américain d'un drone iranien dans le détroit d'Ormuz

L’Iran a annoncé dimanche qu’il augmenterait son enrichissement en uranium, dépassant la limite autorisée lors de la signature de l’accord nucléaire de 2015 avec les puissances mondiales.

Cette annonce de la République islamique accroisse notamment les tensions entre Téhéran et les Etats-Unis.

La décision de l’Iran intervient un an après le retrait unilatéral du président Donald Trump de l’accord et quelques semaines après l’imposition par Washington de nouvelles sanctions économiques contre le pays.

Téhéran a à plusieurs reprises averti l’Europe ces dernières semaines qu’il se retirerai progressivement dudit accord mis à rude épreuves par une campagne de sanctions américaine maximaliste qui bloque les ventes de pétrole de Téhéran à l’étranger et cible ses plus hauts responsables.

L’Iran a conclu un accord sur le nucléaire en 2015 avec les États-Unis, la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Russie et la Chine connu sous le nom de Plan d’action global et commun, à l’issue de pourparlers entre l’administration américaine sous la tutelle du président Barack Obama avec l’Iran après la prise de fonction du président Hassan Rouhani.

A la suite de cet accord historique censé apaiser les tensions dans la région du Golfe, l’Iran avait accepté de limiter son enrichissement en uranium sous la surveillance des inspecteurs de l’ONU en échange de la levée des sanctions économiques. Les entreprises internationales se sont précipitées pour conclure des accords avec l’Iran, notamment les ventes d’un milliard de dollars réalisées par Airbus et Boeing Co.

En arrivant aux affaires, Donald Trump, qui conteste la légitimité de l’accord, a retiré les Etats-Unis dudit accord en mai 2018, mettant fin aux accords commerciaux internationaux promis et portant un coup dur à L’économie iranienne déjà en difficultés.

Depuis lors, le gouvernement Trump a annoncé que tout pays importateur de brut iranien serait passible de sanctions, attisant la colère des autorités de Téhéran qui dénoncent une violation du droit international.

Magazine24 & AP


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*