Ebola en RDC : Washington et l’UE promettent un soutien supplémentaire

Photo. Illustration. Depuis sa résurgence en août 2018, le nombre de malades décédés d'Ebola continue de progresser

Lors d’une conférence de presse à Genève, le chargé d’affaires américain Mark Cassayre a fait savoir que les États-Unis vont ” davantage apporter de l’aide dans les mois à venir ” à la RDCONGO pour répondre à l’épidémie d’Ebola.

Dans le même temps, l’ambassadeur de l’Union européenne (UE) a indiqué que l’organisation Européenne examinera les possibilités d’intensifier sa réponse face à l’épidémie.

Le chargé d’affaires américain Mark Cassayre a également déclaré lors d’une conférence de l’ONU sur Ebola, lundi, que les États-Unis demandent aux États membres d’augmenter leurs contributions à la réponse, qui, selon l’Organisation mondiale de la santé, est sous-financée.

L’ambassadeur de l’UE, Walter Stevens, a pour sa part précisé que l’Union Européenne avait fourni une aide d’environ 20 millions de dollars depuis la résurgence de l’épidémie l’année dernière, plus un soutien en nature et logistique, et qu’il “examinera les possibilités d’intensifier la réponse”.

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé a pour sa part annoncé une nouvelle réunion du comité d’experts de l’agence de l’ONU pour évaluer si la poursuite de l’épidémie d’Ebola au Congo justifie ou non d’être déclarée une urgence mondiale.

Pour Tedros Adhanom Ghebreyesus, la propagation d’Ebola à Goma, ville de 2 millions d’habitants, est un ” changement majeur “, quoique l’OMS reste “confiante” dans les mesures d’intervention mises en place.

Selon lui il n’y aura pas d’autres cas d’Ebola à Goma, dans l’est de la RDCONGO, alors que les autorités sont à la recherche de passagers de bus qui ont voyagé avec un pasteur devenu le premier cas confirmé dans cette partie du pays.

Selon le Dr Harouna Djingarey, responsable de la réponse Ebola à l’OMS, les deux autobus que l’homme a pris avant d’arriver à Goma dimanche ont été retrouvés.

Pour le Dr Djingarey, la détection du premier cas confirmé est inquiétant car Goma est “la porte de cette région vers le reste du monde”. La ville de plus de 2 millions d’habitants se trouve à la frontière avec le Rwanda.

A ce jour, près de 1 700 personnes ont été tuées par l’épidémie depuis sa résurgence en août dernier dans l’est de la RDCongo.

Magazine24


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*