Soudan : l’accord sur le partage du pouvoir signé

Photo/Illustration/Le général Mohammed Hamdan Dagalo lors de la cérémonie de signature de l'accord de partage du pouvoir le Conseil militaire de transition (CMT) au pouvoir au Soudan et l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC) à Khartoum

Le Conseil militaire de transition (CMT) au pouvoir au Soudan et l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC) en première ligne dans la contestation ont finalement signé l’accord sur le partage du pouvoir au sein du “Conseil souverain” qui doit conduire l’après Omar El Béchir.

L’accord signé mercredi matin à Khartoum, la capitale par les deux parties après une longue nuit de négociations en entendant l’avenant sur la composition du futur “Conseil souverain” marque une étape importante dans la transition vers un régime civil après la destitution le 11 avril dernier par l’armée du président Omar El-Béshir à la suite de plusieurs mois des manifestations de masse.

Le document signé consacre la création d’un conseil souverain devant conduire la transition pendant un peu plus de trois ans avant la tenue des élections. Le Conseil qui sera composé de 11 membres sera dans un premier temps dirigé par un militaire durant les 21 premiers mois puis par un civil pendant les 18 mois restants.

Il s’agit d’une concession importante de la part des manifestants, qui avaient exigé une transition immédiate vers un régime civil. Selon ledit accord, l’ALC nommera un cabinet et les deux parties conviendront d’un organe législatif dans les trois mois suivant le début de la transition.

Cependant, les deux parties n’ont pas encore convenu de la répartition des pouvoirs entre le conseil souverain, le Cabinet et l’organe législatif, qui sera inscrite dans le document constitutionnel. Ce document devrait fixer également les conditions de l’immunité potentielle des chefs militaires contre les poursuites judiciaires concernant leur implication dans la répression d’un sit-in devant le QG de l’armée en juin dernier.

Cet accord dont la cérémonie de signature a été diffusée par la télévision d’Etat est le résultat d’une rencontre qui s’est tenue le mois dernier entre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, qui soutiennent les manifestants, et l’Egypte, l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, qui soutiennent les militaires.

Magazine24


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*