USA : “J’ai perdu toute ma famille”, Paul Njoroge au Congrès américain

Phto/Illustration/Paul Njoroge présentant les photos de son épouse, ses enfants et sa belle-mère décédés lors du crash d'Ethiopian Airlines

Un Kenyan dont la famille a péri dans le crash le 10 mars dernier du vol d’Ethiopian Airlines a témoigné mercredi devant le Congrès américain au moment où l’entreprise Boeing a annoncé une premier décaissement de 50 millions de dollars sur les 100 millions de dollars de compensation promis aux familles des victimes.

Paul Njoroge, un Kenyan dit garder le douleureux souvenir de la perte de toute sa famille lors du crash le 10 mars du vol 302 de la compagnie Ethiopian Airlines.

Sa femme, ses trois enfants et sa belle-mère avaient pris place dans ce vol qui s’est écrasé six minutes après son décollage de l’aéroport international d’Addis-Abeba, tuant les 157 passagers et membres d’équipage à bord.

La tragédie est le second accident mortel impliquant un Boeing 737 Max en cinq mois, après un autre incident impliquant un avion de même type appartenant la compagnie, LyonAir (Malaisie).

Lors de son témoignage devant le sous-comité de l’aviation de la Chambre des Représentants qui discutait de la sécurité aérienne, Paul Njoroge a apporté des photos de ses proches disparus.

“Je passe mes nuits à penser à l’horreur qu’ils ont dû endurer “, a dit Njoroge aux parlementaires américains. “Pendant que les pilotes luttaient pour que l’avion continue de voler pendant six minutes – la terreur que ma femme a dû vivre avec la petite Rubi sur ses genoux, nos deux enfants à côté d’elle pleurant leur papa et ma belle-mère se sentant impuissante à leurs côtés. Les six minutes resteront à jamais gravées dans mon esprit.”

Il s’agissait de la troisième audience interne sur la sécurité aérienne depuis le crash du Boeing 737 Max, qui a fait 346 morts au total.

Depuis la catastrophe aérienne de mars, les avions de ligne 737 Max de Boeingsont cloués au sol, et le constructeur américain procède depuis lors à la mise à jour de son logiciel 737 MAX, qui sera ensuite soumis au contrôle de la Federal Aviation Authority pour certification.

Les enquêtes préliminaires menées à la suite des deux crashs ont remis en cause les dysfonctionnements du système automatisé anti-décrochage appelé MCAS.

Le 26 juin, les pilotes de la Federal Aviation Administration (FAA) des États-Unis ont découvert un nouveau problème potentiel avec le 737 Max au cours d’un vol simulé qui a nui à la capacité des pilotes de suivre rapidement et facilement les procédures d’urgence pour stabiliser l’appareil.

Les responsables de la FAA ont déclaré que l’agence lèvera l’ordre d’interdiction de vol de l’avion ” lorsqu’ils jugeront que les conditions sécuritaire réunis “.

“La perte tragique de vies humaines dans les deux accidents continue de peser lourdement sur nous tous à Boeing, et nous avons la plus grande sympathie pour les proches de ceux qui sont à bord “, a déclaré Dennis Muilenburg, directeur général de Boeing, dans un communiqué.

La famille de Njoroge avait quitté Toronto (Canada) à destination de Nairobi (Kenya) pour rendre visite à sa famille au moment du crash. Selon lui, en donnant un visage à ces tragédies, cela permettra ” d’éviter que des vies ne soient à nouveau perdues à cause de la négligence des constructeurs aéronautiques et des organismes de réglementation du transport aérien “.

“C’était à Boeing et aux autres responsables de les sauver “, a dit M. Njoroge. “Nous avons payé pour un vol sûr. Au lieu de cela, ma famille et d’autres personnes dans cet avion ont subi une perte profonde qui ne pourra jamais être réparée. Je ne savais pas que ce serait la dernière fois que je les verrais.”, a-t-il-déclaré.

Mercredi, quelques minutes avant le début de son témoignage, Boeing a annoncé qu’il débloquerait 50 millions de dollars des 100 millions promis pour venir en aide aux familles des victimes des deux crash. Njoroge, qui a intenté une action en justice contre Boeing les accusant de négligence, a demandé à Boeing de s’excuser publiquement”.

“Boeing n’a jamais parlé aux familles de la tristesse et du chagrin impossibles que nous allons vivre toute notre vie “, a dit M. Njoroge.

Magazine24 & abcnews.go.com


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*