Golfe Persique : les navires britanniques invités à éviter le détroit d’Ormuz

Photo/Illustration/Le Royaume-Uni recommande ses navires d'éviter le détroit d'Ormuz

Après l’arraisonnement vendredi par la force navale des Gardiens de la révolution, l’armée idéologique de la République islamique, les autorités britanniques ont déconseillé samedi leurs navires à emprunter cette région.

L’Iran qui a arraisonné vendredi le Stena Impero, un pétrolier battant pavillon britannique pour selon Téhéran “non respect du code maritime international”,survient quelques heures après la décision de la Cour suprême de Gibraltar de prolonger pour 30 jours l’immobilisation d’un pétrolier iranien, le Grace 1.

A la suite de ces évènements, le Royaume-Uni a recommandé samedi aux navires britanniques de rester “en dehors de la zone” du détroit d’Ormuz pour une “période provisoire”.

“Nous restons profondément préoccupés par les actions inacceptables de l’Iran, qui constituent un défi évident à la liberté de navigation internationale. “, a réagi dans un communiqué une porte-parole du gouvernement britannique.

Les tensions entre le Royaume-Uni se sont accrues depuis depuis l’arraisonnement le 4 juillet par les autorités de Gibraltar, territoire britannique situé à l’extrême sud de l’Espagne, du Grace 1 qui le soupçonnaient de livrer du brut à la Syrie en violation des sanctions de l’Union européenne contre Damas.

Ce que continue de nier les autorités de la République islamique qui dénoncent à leur tour un acte de “piraterie”.

En début de semaine, notamment mardi, le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei avait déclaré que l’Iran répondrait “au moment et à l’endroit opportuns” à cet acte de “malveillance”.

La France et l’Allemagne ont appellé l’Iran à relâcher le pétrolier britannique.

Paris dans un communiqué de son ministère des Affaires étrangères a estimé qu'”une telle action nuit à la nécessaire désescalade des tensions dans la région du Golfe”.

Pour rappel, la région du Golfe et du détroit d’Ormuz est depuis plusieurs semaines au coeur de vives tensions géopolitiques. Des tensions marquées par un bras de fer entre l’Iran et les Etats-Unis qui ont renforcé leur déploiement militaire dans la région et annoncé jeudi, la destruction d’un drone présumé iranien, ce qu’a démenti Téhéran.

Magazine24


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*