Nigeria: au moins six morts dans une nouvelle manifestation de militants de l’IMN

Photo d'Archives. Le leader religieux, Sheikh Ibrahim Zakzaky est emprisonné depuis 2015

Une nouvelle manifestation à Abuja de militants chiites du Mouvement islamique du Nigeria (IMN) exigeant la libération de leur leader, Ibrahim Zakzaky, emprisonné depuis 2015, s’est soldé par la mort d’au moins six membres de cette communauté et d’un policier.

Les membres de l’IMN, une organisation chiite radicale dans le nord du Nigeria majoritairement sunnite, demandent depuis plus de trois ans maintenant, la libération de leur chef, Ibrahim Zakzaky, incarcéré depuis décembre 2015 avec son épouse pour “homicide et rassemblement illégal”.

Mais leurs manifestations quasi quotidiennes dans les rues d’Abuja, la capitale fédérale pour demander leur libération sont violemment dispersées par la police.

Le 11 juillet dernier, un rassemblement similaire du groupe qui compte plusieurs milliers de partisans et organisé à l’initiative du fils du leader de l’IMN, qui accuse le gouvernement d’organiser “l’assassinat”

du Sheik Zakzaky, incarcéré malgré des conditions de santé très dégradées, s’était soldé par la mort d’au moins deux personnes.

Le week-end dernier, la présidence nigériane avait appelé les membres de l’IMN à attendre la prochaine comparution de leur leader en justice, lundi prochain.

Dans un communiqué après les accrochages de lundi, Amnesty International a appelé “les autorités à ne plus réprimer les manifestations chiites dans le sang”.

Dans son communiqué, l’Ong regrette le fait que “Les forces de sécurité tirent à balles réelles sur des personnes qui exercent seulement leur liberté d’expression”.

Ce n’est pas la première fois que les rassemblements du mouvement sont réprimés dans le sang.

En décembre 2015, l’armée a tiré sur des manifestants à Zaria, leur fief dans le nord du Nigeria, faisant plus de 350 morts.

Fin octobre dernier, une manifestation des partisans du mouvement à Abuja et la répression violente de la manifestation par les forces de sécurité avait fait 47 morts selon l’IMN et les observateurs, six selon les chiffres officiels.

Magazine24 & AFP


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*