USA: Kirsten Gillibrand se défend d’avoir invité Franken à la démission

Photo Illustration. La sénatrice candidate à la candidature démocrate pour la présidentielle de 2020, Kirsten Gillibrand

La candidate démocrate à l’élection présidentielle de 2020, Kirsten Gillibrand, a déclaré lundi qu’elle ne regrettait pas d’avoir demandé au sénateur Al Franken du Sénat et que les sénatrices pointées du doigt dans cette affaire comme leurs collègues masculins ne devraient pas se faire de soucis.

C’est dans le magazine The New Yorker publié lundi, qu’Al Franken, sénateur démocrate du Minnesota, a déclaré qu’il regrettait ” absolument ” sa démission en janvier 2018, après que Gillibrand, sénatrice de New York, et d’autres collègues démocrates l’ont exhorté à démissionner à la suite d’une série d’accusations pour inconduite sexuelle.

S’exprimant lors du Bustle Digital Group à Manhattan, Kirsten Gillibrand qui s’est fermement défendue a déclaré que le rapport du New Yorker, qui soulevait des doutes sur certaines allégations contre Franken, ne portait que sur la première accusation de l’animatrice conservatrice Leeann Tweeden et non sur celles des sept autres femmes ayant accusé Franken de harcèlement sexuel.

“Il n’y avait pas vraiment d’analyse critique ou d’enquête ou reportage sur les sept autres femmes, et cela m’a certainement fait réfléchir, a dit Mme. Gillibrand qui a pendant des années décrit Franken comme un ami et un partenaire, mais qui est devenue la première sénatrice démocrate à l’invité à démissionner en décembre 2017.

La sénatrice Kirsten Gillibrand est connue au Sénat pour ses positions sur les questions de harcèlement sexuel et d’agression sexuelle. Elle a été de toutes les batailles pour que le traitement salarial soit équitable entre les hommes et les femmes, les congés familiaux payés et le droit à l’avortement est au cœur de sa campagne à la Maison-Blanche en 2020.

Bien que nombre de ses collègues du Sénat, dont Elizabeth Warren du Massachusetts, Cory Booker du New Jersey, Kamala Harris de Californie et Bernie Sanders du Vermont, aient suivi son exemple en demandant à Franken de démissionner, la sénatrice Gillibrand est accusée d’avoir très rapidement condamné son collègue, candidat également à la candidature démocrate pour la présidentielle de 2020.

Kirsten Gillibrand qui maintien sa décision a également soutenu que les fonds de sa campagne ont été retirés par des donateurs de premier plan qui continuent de lui reprocher d’avoir déclenché les événements qui ont conduit à la démission de Franken.

Madame Gillibrand participera la semaine prochaine au deuxième débat présidentiel démocrate, mais son mauvais classement dans les sondages et sa lutte pour atteindre les seuils minimaux de collecte de fonds signifient qu’elle ne pourra pas participer aux débats suivants – probablement en raison d’une pression croissante sur elle.

Interrogée lundi sur le fait de savoir si elle a été blessée de la manière dont d’autres sénateurs candidats à la Maison-Blanche ne l’ont pas été, Dame Gillibrand a répondu que d’autres avaient demandé la démission de Franken, mais “vous ne le savez pas aujourd’hui, vu que je semblait être seule”.

Le New Yorker a cité sept sénateurs en cours de mandat ou anciens qui ont regretté d’avoir demandé la démission de M. Franken, dont aucun ne se présente à la présidence.

Gillibrand a déclaré lundi qu’elle ” aurait pu dire ” à n’importe lequel des sénateurs qui ont demandé à Franken de démissionner qu'” il n’y a pas de prix pour quelqu’un qui essaie de tenir responsable un homme qui fait bien son travail quotidien “.

“Mais nous devrions avoir le courage de le faire quand même “, a-t-elle dit. “Alors, non. Je n’ai aucun regret.

Magazine24 & APNews


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*