Au Sénégal, la BAD soutient le Plan Sénégal Emergent (PSE)

Photo. Illustration. La capitale sénégalaise, Dakar

La Banque africaine de développement (BAD) a annoncé récemment un plan d’aide de 13 millions d’euros en faveur du Sénégal pour renforcer l’attractivité des investissements dans le cadre du Plan Sénégal émergent (PSE).

C’est lors de son Conseil d’administration mercredi dernier, que la BAD visa le Fonds africain de développement (FAD) a consenti un prêt de 13,2 millions d’euros au gouvernement du Sénégal soutenir la mise en œuvre de son Projet d’appui à la mobilisation des ressources et l’attractivité des investissements (PAIMRAI).

Le PAIMRAI vise à mobiliser des ressources internes et favoriser l’attractivité des investissements dans les secteurs stratégiques du Plan Sénégal Émergent (PSE) afin d’améliorer d’une part de 10% le nombre de
contribuables de la Direction générale des impôts et domaines (DGID) entre 2017 et 2022, et d’autre part, de faire des progrès dans le classement du Sénégal en matière de transparence et d’échange de renseignements fiscaux.

Le Sénégal espère atteindre en terme d’investissements privés réalisés dans les zones économiques spéciales (ZES), 145 millions d’euros en 2022 contre 57 millions d’euros en 2017, et 890 millions d’euros en 2022 d’investissements directs étrangers contre 473 millions d’euros en 2017.

Pour cela, par le biais du PAIMRAI, les autorités de Dakar comptent améliorer la politique et l’administration fiscale afin d’élargir l’assiette fiscale, de réduire les coûts de transaction liés à l’impôt, et de développer des politiques fiscales plus appropriées aux objectifs de développement du pays. Aussi, le PAIMRAI devrait booster l’attractivité du Sénégal en tant que destination d’investissements, à travers l’amélioration du cadre réglementaire et le développement de projets structurants du PSE.

Prévus sur quatre ans, l’autre objectif visé par le PAIMRAI est le renforcement du système d’information fiscale, la mise à niveau de l’administration des impôts en matière de fiscalité internationale, l’amélioration des politiques fiscales sectorielles (hydrocarbures, environnement, etc.) ainsi que la rénovation du Code des investissements.

Magazine24 & BAD


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*