Ebola en RDC : décès d’un 2e patient à Goma

Une deuxième personne contaminée par le virus ébola est décédée mercredi à Goma, augmentant la crainte au sein de la population sur le risque d’une propagation du virus au-delà de la République démocratique du Congo (RDC).

Cela fait près d’un an que le virus d’Ebola est réapparu dans l’Est de la RD Congo, pays d’Afrique centrale.

A ce jour, plus de 1 800 personnes sont mortes de la fièvre hémorragique dont près du tiers sont des enfants pour près de 3000 cas confirmés pour environ 1000 cas guéris.

Mais mercredi, le décès d’un deuxième homme ayant contracté le virus a renforcé les craintes des populations de Goma, ville de 2 millions d’habitants.

A en croire des sources médicales, la victime n’a peut-être jamais su qu’elle était atteint du virus Ebola et qu’elle était contagieuse pendant des jours avant que la maladie ne soit confirmée.

Le décès de ce malade révèle « le risque très réel de transmission ultérieure de la maladie, peut-être au-delà des frontières du pays, et le besoin très urgent » d’un soutien plus global, ont déclaré les agences des Nations Unies dans une déclaration commune marquant l’année de l’épidémie.

La victime, un homme d’une quarantaine d’années est un mineur rentré chez lui d’une région du nord-est de la province d’Ituri où aucun cas d’Ebola n’a été enregistré, a indiqué à la presse le Dr OMS, chef des urgences, Michael Ryan. Il a été exposé au virus Ebola quelque part le long de la route de Komanda à Goma (490 kilomètres) et, est arrivé à Goma le 13 juillet.

Le malade qui a manifesté les premiers symptômes de la maladie le 22 juillet avant d’être isolé dans un centre de traitement Ebola durant cinq jours. Après avoir pratiqué l’automédication, l’homme s’était ensuite rendu dans un centre de santé.

Selon le Dr Ryan, « la victime n’était peut-être même pas au courant qu’elle était contaminée », et ses contacts potentiels sont en cours d’identification et devraient recevoir un vaccin expérimental mais efficace contre le virus Ebola dont les symptômes tels que la fièvre peuvent être confondus avec le paludisme, qui est endémique dans la région.

D’après Jean-Jacques Muyembe, le nouveau coordinateur de la riposte ébola en RDC, cet homme est décédé mercredi matin, un jour après avoir été testé positif. Et de préciser, qu’il n’a aucun lien entre ce cas et celui enregistré à Goma il y a plus de deux semaines.

La RD Congo fait face à sa 5e épidémie d’Ebola depuis son apparition en 1976 mais la deuxième la plus meurtrière de l’histoire.

En juin, trois personnes sont mortes en Ouganda avant que d’autres membres de leur famille ne soient ramenés au Congo pour y être soignées et les autorités ougandaises ont déclaré que le pays était à nouveau exempte de la maladie.

L’OMS affirme que le risque de propagation régionale reste « très élevé ». Le Rwanda, l’Ouganda et le Sud-Sud-Soudan ont commencé à vacciner les agents de santé il y a des semaines ou des mois.

Pour rappel, le premier cas confirmé d’Ebola à Goma était un pasteur de 46 ans qui avait réussi à passer trois points de contrôle de santé en partant de Butembo, une des villes les plus touchées par l’épidémie.

Magazine24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *