Cameroun: l’armée et les séparatistes accusés d’exactions en zones anglophones

Photo/Illustration/Les forces de sécurité au Cameroun, accusées de violences et divers abus par un rapport de Human Right Watch

Dans un rapport lundi, l’Ong de défense des droits de l’homme, Human Rights Watch (HRW) a dénoncé les exactions commises par l’armée et les groupes séparatistes sur de nombreux handicapés et personnes âgées dans les régions anglophones du Cameroun.

Le nord-ouest et le sud-ouest du Cameroun sont plongés dans une violente crise depuis près de trois ans. Une crise marquée par des affrontements quasi quotidiens entre l’armée régulière et des séparatistes présumés.

Dans son rapport publié lundi, l’Ong Human Right Watch fait savoir que dans ces deux régions, “Des personnes handicapées et des personnes âgées figurent parmi les personnes tuées, violemment agressées ou enlevées par les forces gouvernementales et les séparatistes armés”.

L’ONG dit avoir élaboré son rapport sur la base de témoignages de 48 handicapés vivant dans des zones anglophones.

Selon HRW, des soldats du Bataillon d’intervention rapide (BIR), une unité d’élite de l’armée camerounaise déployée dans une région anglophone du Cameroun, ont tué “le 5 mai d’une balle dans la tête et d’une autre dans la poitrine” dans le village de Ntamru notamment dans le Nord-Ouest, un homme de 43 ans atteint de déficience auditive et de handicap mental “parce qu’il ne répondait pas à leurs questions”.

Human Rigth Watch dit avoir “documenté” aussi de nombreux cas de handicapés dont les maisons ont été incendiées par les forces de sécurité.

“Ma maison a été rasée (…) j’ai tout perdu, y compris mon fauteuil roulant, et maintenant je n’ai aucun moyen de me déplacer de manière autonome”, a témoigné un handicapé cité dans le rapport.

“Le 20 juin, le Conseil de sécurité a adopté une résolution appelant les États membres de l’ONU et les parties au conflit armé à protéger les personnes handicapées dans les situations de conflit et à s’assurer qu’elles aient accès à la justice, aux services essentiels et à une assistance humanitaire accessible et inclusive”, rappelle HRW.

Magazine24, HRW & AFP


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*