Gibraltar : le pétrolier iranien relâché malgré les pressions américaines

Photo. Illustration . Le pétrolier, qui navigait sous pavillon panaméen, a été rebaptisé Adrian Darya pour la suite de son voyage

Dans un communiqué dimanche, les autorités de Gibraltar, ont indiqué aux Etats-Unis ne pas pouvoir répondre favorablement à leur demande de retenir le pétrolier iranien arraisonné par le pays depuis début juillet dernier.

Ce rejet survient au moment où le pétrolier iranien s’apprête à quitter les eaux territoriales après avoir été arraisonné par Gibraltar à la demande de Washington au motif que Téhéran s’apprêtait à livrer du pétrole à Damas malgré les sanctions internationales contre le régime de Bachar Al Assad.

L’arraisonnement du pétrolier iranien avait poussé Téhéran à prendre des mesures de rétorsion en arraisonnement quelques jours plus tard, un navire britannique accusé d’avoir causé un accident dans le Golfe Persique.

Dans sa réponse, le gouvernement de Gibraltar, territoire britannique a expliqué que les sanctions américaines ne sont pas applicables dans l’Union européenne.

Dans un communiqué, les autorités du Rocher font savoir qu'”En vertu du droit européen, Gibraltar est dans l’impossibilité de prêter l’assistance demandée par les Etats-Unis”, qui veulent saisir le pétrolier en application des sanctions américaines contre l’Iran.

A Gibraltar on précise que “Le régime des sanctions de l’Union européenne est fondamentalement différent de celui des Etats-Unis”, souligne le communiqué. De plus, la réglementation européenne “interdit spécifiquement d’appliquer certaines lois américaines”, dont celles sur les sanctions contre l’Iran.

Pour rappel, le pétrolier Grace 1, soupçonné de transporter du pétrole vers la Syrie, malgré les sanctions européennes contre la Syrie a été autorisé jeudi à repartir quand Téhéran a assuré que la cargaison de 2,1 millions de barils ne serait pas livrée à la Syrie.

Le pétrolier, qui naviguait sous pavillon panaméen, a été rebaptisé Adrian Darya pour la suite de son voyage et est passé sous pavillon iranien, qui flottait dimanche à sa poupe.

Magazine24 & AFP


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*