Italie : Giuseppe Conte démissionne


Attribuant la chute de son gouvernement à son ministre de l’intérieur, Matteo Salvini, le Premier ministre italien Giuseppe Conte a annoncé sa démission mardi.

L’Italie a plongé dans une crise politique après la démission mardi du premier ministre, Giuseppe Conte qui ouvre la voie à la tenue d’élections anticipées qui pourraient mener au pouvoir le dirigeant de droite, anti-migrant.

S’exprimant au Sénat, Conté a cité de manière cinglante les récentes demandes de Matteo Salvini de tenir des élections anticipées afin de pouvoir obtenir «les pleins pouvoirs» en s’emparant du poste de Premier ministre.

M. Conte a accusé son vice premier ministre Salvini d’avoir exposé l’Italie au risque d’une “spirale vertigineuse d’instabilité politique et financière” dans les mois à venir en créant une crise inutile.

Prenant la parole à son tour, Salvini, s’est dit prêt à relever les défis indiquant, “Je ne crains pas le jugement des Italiens.”

M. Conte a annoncé qu’il présentera plus tard en soirée sa démission au président Sergio Mattarella, qui pourrait lui demander de conserver ses fonctions jusqu’à la tenue de nouvelles élections ou entendant la nomination d’un nouveau chef du gouvernement.

Lors des élections européennes il y a trois mois en Italie, ainsi que selon des récents sondages, la Ligue de Salvini, un parti de droite a pris de l’ampleur pour devenir la force politique n ° 1 des Italiens.

Dans son discours au Sénat, Giuseppe Conte à également critiqué la décision surprise de Salvini de demander au début du mois un vote de censure contre la coalition au début du mois.

Pour M. Conte, “La crise en cours compromet l’action de ce gouvernement, qui s’arrête ici”.

Giuseppe Conte qui se décrit en contrepoint de la description souvent péjorative des règles de l’Union européenne par Salvini, a soutenu qu'”Au cours de ces 14 mois, j’ai essayé de guider la politique italienne sur la voie d’une ligne critique en faveur de l’Europe, mais toujours de manière constructive.”

Si la crise actuelle perdurait, le président Mattarella devrait dissoudre le Parlement et convoquer des élections générales dès la fin octobre.

Magazine24


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*