Les troupes US quittant la Syrie refusées en Irak

Les troupes américaines quittant la Syrie et se dirigeant vers l’Irak voisin ne sont pas autorisées à rester dans le pays, a annoncé mardi l’armée irakienne.

Cette annonce irakienne survient au moment où les forces américaines continuent de quitter le nord de la Syrie à la suite de l’offensive de l’armée turque.

Cependant, l’annonce irakienne fait suite aux propos du secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, indiquant qu’en vertu du plan actuel, toutes les troupes américaines quittant la Syrie se rendraient dans l’ouest de l’Irak et continuerait de mener des opérations contre le groupe État islamique afin d’empêcher sa résurgence dans la région. .

S’adressant aux journalistes de la base aérienne Prince Sultan en Arabie Saoudite, Esper a annoncé qu’il s’entretiendrait avec le ministre irakien de la Défense mercredi.

Le retrait des troupes américaines sonne comme une trahison pour les kurdes syriens ayant aidé les forces US à combattre le groupe État islamique. Entre 200 et 300 soldats américains resteront à l’avant-poste sud-syrien d’Al-Tanf.

Irrités de se sentir trahis, certains habitants de zones peuplées principalement de Kurdes en Syrie et en Irak ont ​​attaqué les troupes qui se retiraient. Lundi, un convoi américain qui dévalait une avenue de la ville de Qamishly, à majorité kurde, a été pilonné avec des pommes de terre.

Près de la ville irakienne d’Irbil, un petit groupe de jeunes hommes a jeté des pierres sur un convoi de véhicules blindés américains.

Les États-Unis ont actuellement plus de 5 000 forces américaines en Irak, en vertu d’un accord entre les deux pays. Les États-Unis ont retiré leurs troupes d’Irak en 2011, à la fin des opérations de combat, mais ils y sont retournés après que l’EI a commencé à envahir de vastes étendues du pays en 2014.

©Magazine24 & APNews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *