Burundi : des journalistes accusés d' »atteinte à la sécurité de l’Etat »

Quatre journalistes burundais et leur chauffeur tous des membres d’Iwacu, l’un des derniers groupes de presse privés en Afrique de l’Est arrêtés cette semaine ont été accusés samedi d’avoir porté atteinte à la sécurité de l’Etat.

Les faits sont rapportés par leur journal et l’Ong de défense des droits humains, Human Rights Watch.

Ces journalistes, arrêtés près de la réserve naturelle de Kibira dans la province de Bubanza, dans le nord-ouest du Burundi tentaient de faire un reportage sur les affrontements qui avaient opposés des jours plus tôt l’armée à un groupe rebelle dont les membres se trouveraient en République démocratique Congo (RDC).

Pas si simple d’exercer le métier de journaliste actuellement à Bujumbura. Les autorités ont renforcé le contrôle des médias avant les élections de 2020.

Depuis le début d’année, plusieurs stations de radio et organes de presse locaux ont été fermés et de nombreux journalistes ont fui le pays.

Le gouvernement a également suspendu la diffusion au Burundi des médias internationaux, Voice of America et la British Broadcasting Corporation.

©Magazine24 & APNews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *