La Gambie este en justice la Birmanie pour la répression des Rohingyas

La Gambie a lancé une action judiciaire devant la Cour internationale de justice (CIJ) contre la Birmanie qu’elle accuse d' »actes de génocide » à l’encontre de la minorité musulmane des Rohingyas.

Les autorités de Banjul soutenues par 57 autres Etats accuse la Birmanie d’avoir violé la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide.

La Birmanie n’a pas respecté ses obligations vis-à-vis de cette Convention internationale en raison du « traitement brutal » infligé aux Rohingyas, a affirmé dans un communiqué, le ministre gambien de la Justice, Abubacarr Tambadou, ancien procureur au Tribunal pénal international pour le Rwanda.

Environ 740.000 Rohingyas ont fui depuis août 2017 la répression de l’armée birmane et de milices bouddhistes, qualifiées de « génocide » par des enquêteurs de l’ONU.

Dans son communiqué, le ministère gambien de la justice fait savoir que « Les Rohingyas ont été victimes d’actes de violence injustifiés et de dégradation perverse, accompagnés de l’intention spécifique des acteurs étatiques de détruire les Rohingyas en tant que groupe ».

Et rajoute que « La Gambie prend cette mesure pour obtenir justice et rendre compte du génocide perpétré par la Birmanie contre les Rohingyas ».

La Gambie demande notamment à la CIJ, plus haute juridiction de l’ONU basée à La Haye, d’ordonner à la Birmanie de « cesser ses actes de génocide, d’en punir les auteurs et d’offrir des réparations aux victimes rohingyas ».

La Gambie, pays à majorité musulmane, a également demandé à la CIJ d’imposer d’urgence des mesures conservatoires « afin de protéger les Rohingyas contre de nouveaux dommages pendant la durée de l’affaire ».

©Magazine24 avec APO Group

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *