Monde : Amnesty international lance la campagne 10 jours pour signer


L’Ong Amnesty International lance sa campagne mondiale et annuelle des « 10 jours pour signer » avec un accent particulier sur les droits de l’enfant et les jeunes militants.

Selon  Cécile Coudriou, présidente d’Amnesty International France ” les jeunes sont devenus un puissant moteur de changement et méritent le soutien du monde entier “.

Elle précise que la campagne qui s’étalera du 6 au 16 décembre en cours est le plus grand événement mondial dans le domaine des droits humains en faveur des personnes des quatre coins de la planète adressent des millions de lettres, de courriels, de tweets, de messages sur Facebook et de cartes postales à celles et ceux dont les droits humains sont menacés.

Amnesty International espère battre le record de l’an dernier : dans le cadre des « 10 jours pour signer », près de six millions de messages de soutien avaient été envoyés à des militants et d’autres personnes de 10 pays dont les droits humains étaient attaqués.

Les jeunes militants qui ont joué un rôle de premier plan dans les grands mouvements de protestation et les campagnes en faveur des droits humains, devraient être les premiers bénéficiaires de cette opération.

Notamment à l’adolescente de 16 ans Greta Thunberg, à l’origine du mouvement de grève pour le climat Fridays for Future à l’origine des manifestations organisées dans de nombreux pays du globe.

L’édition 2019 des « 10 jours pour signer » met aussi en lumière des jeunes, dont des défenseurs des droits humains, du Canada, de Chine, d’Égypte, de France, de Grèce, d’Iran, du Mexique, du Nigeria, des Philippines et du Soudan du Sud.

Cette édition se déroule quelques jours après la journée internationale de l’enfance (20 novembre), qui promeut les droits de l’enfant, sachant que plusieurs des militants mis en avant ont vu leurs droits bafoués lorsqu’elles/ils étaient mineurs.

C’est le cas de José Adrián, roué de coups par la police à l’âge de 14 ans alors qu’il rentrait de l’école, au Mexique. Le jeune homme demande réparation pour le traitement qu’il a subi et réclame que la police cesse de procéder à des détentions arbitraires dans l’État du Yucatán.

©Magazine24 avec Amnesty international


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*