Libye : des combattants russes aux côtés du maréchal Haftar ?

A en croire les révélations du GNA libyen, des civils russes combattent parmi les troupes du maréchal Khalifa Haftar, basées à Benghazi.

D’après des responsables du gouvernement d’union nationale libyen (GNA : soutenu par l’ONU) ces mercenaires russes combattant aux côtés des troupes du maréchal Haftar appartiennent à une organisation paramilitaire appelée le groupe Wagner.

Ce groupe affirment libyens et américains est associé à un oligarque proche du président russe Vladimir Poutine.

Selon les autorités de Tripoli ces combattants seraient entre 600 et 800 hommes russes en Libye.

Leurs identités auraient été collectées pour les soumettre au Kremlin, d’après Khaled al-Meshri, chef du Conseil d’Etat suprême de Tripoli.

Mais à plusieurs reprises, Moscou a nié toute implication directe dans le conflit libyen.

Pourtant, ces hommes « opèrent sous le contrôle des services de sécurité et militaires russes, et ne bougent pas sans l’aval du Kremlin » indique Pavel Felgenhauer, analyste et rédacteur en chef à Novaya Gazeta.

Le groupe Wagner a émergé, comme d’autres organisations paramilitaires, lors du conflit du Donbass dans l’est de l’Ukraine, lorsque les forces pro-russes se sont élevées contre le gouvernement ukrainien.

Des personnes liées au groupe Wagner ont récemment déclaré à l’agence de presse Reuters qu’elles avaient mené des missions de combat clandestines pour le compte du Kremlin en Ukraine et en Syrie. Moscou nie toutefois ces affirmations.

L’oligarque proche de Vladimir Poutine considéré comme le chef du groupe Wagner est Yevgeny Prigozhin visé par des sanctions américaines et que Washington accuse d’avoir tenté de s’immiscer dans les campagnes des élections présidentielles et de mi-mandat américaines de 2016 et de 2018.

Lui aussi a nie tout lien avec le groupe. Il a refusé de commenter les allégations américaines, les qualifiant d ‘ »affaire privée » pour le Trésor américain.

Depuis la chute de Muammar Khaddafi, deux autorités se disputent le contrôle du territoire. À Tripoli, le GNA soutenu par l’ ONU et les USA. À Benghazi, le maréchal Khalifa Haftar soutenu par les Émirats arabes unis et l’Egypte.

©Magazine24 avec Euronews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *