Libye : les occidentaux appellent au cessez le feu

Le chef de la diplomatie européenne et les ministres des Affaires étrangères italien, allemand, français et britannique ont lancé un appel à la Turquie qui a déployé des soldats en Libye pour aider le gouvernement d’union nationale reconnu par l’Onu à combattre l’offensive du maréchal Haftar.

La crise en Libye, une péroccupation des occidentaux. Le sujet était à l’ordre du jour de la rencontre à Bruxelles entre Le chef de la diplomatie européenne et les ministres des Affaires étrangères italien, allemand, français et britannique en raison de la tournure qu’ont pris les évènements depuis le déploiement de soldats turcs à Tripoli.

Un déploiement effctif depuis dimanche et ce, après le vote jeudi dernier par les députés turcs d’une motion introduite par le président Recep Tayyip Erdogan sollicité par le premier ministre libyen Fayez Al Saraj pour l’aider à combattre le Maréchal Haftar dont les troupes tentent depuis avril 2019 de s’emparer Tripoli, siège du gouvernement soutenu par les nations unies.

La préoccupation des occidentaux vient du fait que Syrte, ville stratégique située non loin de la capitale, et autrefois contrôlée par les forces loyales au gouvernement d’union nationale (GNA), serait tombée entre les mains des milices fidèles à Haftar après d’intenses affrontements lundi.

« Nous appelons à un cessez-le-feu et nous appelons à cesser l’escalade et l’ingérence étrangère qui s’est accrue ces derniers jours, a déclaré Josep Borrell, le haut représentant européen pour qui  » la décision turque d’intervenir avec des troupes en Libye est une erreur ».

Pour le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi di Maio, « si la crise en La Libye venait à s’enliser, elle représenterait un risque concernant le terrorisme en Europe ».Selon lui, « C’est une guerre par procuration ». « Il faut que toutes les ingérences cessent car il y a des pays qui interfèrent dans la guerre civile « .

Ankara qui est déterminé à soutenir son allié, a dépêché son chef de la diplomatie en Algérie, pays voisin de la Libye qui redoute les conséquences de cette guerre à ses portes.

Car, si la Turquie soutient le gouvernement libyen d’union nationale, d’autres puissances – comme l’Arabie saoudite – appuient le pouvoir rival.

©Magazine24 avec Euronews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *