Plus de 4000 charniers découverts au Burundi


Plus de 4000 charniers ont été découverts au Burundi lors d’une enquête lancée par la Commission vérité et réconciliation sur les conflits enregistrés depuis l’indépendance du pays en 1962.

La commission, mise en place en 2018 pour faire la lumière sur les affrontements intercommunautaires, indique avoir identifié 142505 victimes.

Selon les autorités, ces massacres ont eu lieu entre 1965 et 1993.

D’après les membres de la commission, les massacres seraient dus aux rivalités politiques entre les communautés minoritaires tutsi et majoritaire hutu.

Le président de la Commission, Pierre-Claver Ndayicariye, qui a présenté le rapport d’enquête au parlement précisant qu'”Il reste encore beaucoup de fosses communes parce que les gens qui les connaissent ont peur de parler ou sont traumatisés”.

Lundi, une fosse commune, avec jusqu’à 270 corps, a été ouverte au public dans la principale ville du pays, Bujumbura.

Selon des analystes, ce charnier pourrait contenir les restes de personnes tuées lors d’affrontements survenus après l’assassinat de Melchior Ndadaye, premier président hutu élu du pays, en 1993.

Son assassinat avait déclenché une guerre civile entre l’armée dominée par les Tutsis et les principaux groupes rebelles hutus.

Plus de 300 000 personnes sont mortes au cours de ce conflit armé qui a duré 12 ans.

Certaines personnes visitant la tombe de Bujumbura ont pu identifier les personnes qu’elles connaissaient grâce aux vêtements et aux pièces d’identité trouvés.

©Magazine24 avec BBC


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*