Burkina : Deuil national après des attaques jihadistes

Le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kabore, a déclaré mercredi deux jours de deuil national, après deux attaques islamistes ayant fait au moins 36 morts dans la province de Sanmatenga.

Les militants ont d’abord attaqué le marché de Nagraogo, tuant 32 personnes et mettant le feu aux étales et magasins.

Ils se sont ensuite rendus à Alamou où ils ont abattu quatre autres personnes, selon le gouvernement.

Vu la récurrence des attaques, le Parlement burkinabè a adopté mardi un projet de loi autorisant les volontaires civils à participer à la lutte contre les militants islamistes dans le pays.

Malgré l’état d’urgence décrété par les autorités depuis janvier 2018, la violence djihadiste s’intensifie au Burkina Faso.

Le 7 janvier dernier, au moins sept personnes ont été tuées par des hommes armés dans des villages de la commune rurale de Pissila.

©Magazine24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *