Gaz : Malabo veut une coopération transfrontalière africaine

Photo.Illustration.

La Guinée équatoriale se positionne comme une plaque tournante du gaz dans le golfe de Guinée. Le pays d’Afrique Centrale veut développer la première entreprise gazière transfrontalière réussie du continent.

La Guinée équatoriale a lancé le premier méga hub gazier offshore d’Afrique l’année dernière en signant des accords définitifs avec Marathon Oil, Noble Energy, Atlas Petroleum, Glencore et Gunvor pour recevoir et traiter le gaz des champs d’Alen et d’Aseng, et compenser le déclin de la production du champ d’Alba.

Le projet revêt une importance stratégique pour la Guinée équatoriale car le champ d’Alba était jusqu’à présent le seul fournisseur de gaz de son complexe de Punta Europa, qui alimente plusieurs industries dont un train de GNL et une unité de production de méthanol, tous deux en quête d’expansion.

Cette infrastructure de réception pourrait également être une aubaine pour le Nigéria et le Cameroun qui ont tous deux plusieurs gisements de gaz juste de l’autre côté la frontière maritime de la Guinée équatoriale et qui ont besoin d’infrastructure de traitement et de valorisation.

Avec sa mise en place, la Guinée équatoriale veut devenir ce méga-hub gazier de la sous-région en développant plusieurs hubs offshores pour monétiser les réserves de gaz voisines et développer les industries gazières en aval, stimulant ainsi le développement industriel et la croissance économique.

Sur l’île de Bioko, les industries équato-guinéennes ont besoin de gaz. EG LNG a besoin d’un approvisionnement en gaz à long terme pour son installation d’exportation de GNL existante et envisage le développement d’un deuxième train de GNL.

Parallèlement, l’Atlantic Methanol Production Company a accepté de soutenir l’initiative en cours de l’Année de l’investissement en élargissant son unité de production de méthanol et en diversifiant sa production avec des produits dérivés.

Le gazoduc de l’Afrique de l’Ouest, par exemple, est le premier réseau régional de transport de gaz naturel sur le continent, mais reste incapable de fournir des approvisionnements stables en gaz au Bénin, au Togo et au Ghana.

Le méga hub gazier que la Guinée équatoriale développe dans le golfe de Guinée aura ses propres défis. Le Nigéria n’appartient pas à l’OHADA et fonctionne sous un régime juridique différent de celui de la Guinée équatoriale et du Cameroun. Les trois pays ont également des législations pétrolières, des régimes fiscaux et des contrats de partage de production différents. Ce sont tous des facteurs qui doivent être pris en compte pour transformer cette vision en réalité.

Mercredi, lors d’une réunion multilatérale à Malabo, S.E. Gabriel Mbaga Obiang Lima, ministre des Mines et des Hydrocarbures de Guinée équatoriale, a pris une mesure proactive en créant un Comité exécutif chargé d’accélérer les progrès du méga hub gazier.

L’équipe est également chargée de veiller à ce que le gaz soit transporté à l’intérieur et à l’extérieur de la région. La réunion, qui a réuni Marathon Oil, EG LNG et les entités publiques de GEPetrol et Sonagas, envoie un signal clair qu’un partenariat public-privé est en cours d’élaboration.

Ce qu’il reste à voir, c’est si le ministre Obiang Lima peut conclure un accord pour acheminer du gaz nigérian abandonné, associé et même torché à EG LNG sur l’île de Bioko. Il en sera de même du gaz d’Etinde en provenance du Cameroun. Le Nigeria et le Cameroun ont suffisamment de gaz, mais la solution à leur commercialisation se situe de l’autre côté de la frontière maritime voisine avec une installation comme EG LNG. De même, la capacité du ministre nigérian des Ressources pétrolières S.E. le chef Timipre Sylva à conclure un accord est la clé de la réalisation des rêves du Nigeria et de la Guinée équatoriale pour l’industrie gazière régionale.

©Magazine24 avec APO Group


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*