Échange de prisonniers en vue entre le Rwanda et l’Ouganda

Le président ougandais Yoweri Museveni et son homologue rwandais Paul Kagame ont accepté dimanche à Luanda, en Angola, d’améliorer leurs relations perturbées par des tensions entre leurs deux pays.

Une seconde fois, le président Angolais, Joao Lourenço a réussi à concilier ses homologues Paul Kagame du Rwanda et Yoweri Museveni de l’Ouganda.

Les relations entre les deux pays ont pris du plomb dans les ailes ces derniers mois du fait que l’un et l’autre s’accuse mutuellement de tentative de déstabilisation.

Ces tensions avaient poussé les deux États à fermer leurs frontières communes.

Mais dimanche pour la deuxième fois, le numéro un de Luanda a réussi à arracher le sourire aux deux chefs d’Etat lors d’ un sommet auquel était convié le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi.

Lors de cette rencontre, le président Museveni et son homologue Kagame sont convenus que leurs pays « s’abstiendraient de s’accuser de soutenir, financer, former et d’infiltrer des milices sur le territoire de leur voisin », selon un communiqué du sommet.

Ils ont également accepté de « prendre prochainement des mesures pour rechercher la paix, la stabilité, instauré un climat de bon voisinage et rétablir la confiance mutuelle ».

Une des étapes à l’aboutissement de ces actions inclut l’échange de prisonniers sans donner plus de détails.

Les deux dirigeants sont également convenus que le prochain sommet se tiendra le 21 février à la frontière de Katuna / Gatuna entre les deux pays.

Dans un Tweet, le président Museveni à fait savoir que l’Ouganda veillerait à la mise en œuvre de l’accord et à son strict respect.

Pour rappel, les relations diplomatiques entre le Rwanda et l’Ouganda sont tendues depuis plus d’un an.

Les autorités rwandaises accusent l’Ouganda de soutenir un mouvement d’opposition, le Congrès national du Rwanda (RNC), dirigé par l’ancien chef de l’armée rwandaise, le général Kayumba Nyamwasa.

Kigali accusent aussi son voisin d’avoir arrêté et torturé un certain nombre de Rwandais en Ouganda.

L’Ouganda, pour sa part, accuse le Rwanda d’infiltrer ses services de sécurité et de s’ingérer dans sa politique intérieure.

©Magazine24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *