La Fondation Merck forme une soixantaine de spécialistes en oncologie

Dans le cadre de son programme d’accès aux soins du cancer « Merck Cancer Access Program », la Fondation Merck a formé plus d’une soixantaine de spécialistes des soins en oncologie de 26 pays.

La Fondation Merck entre dans l’histoire en formant les premiers oncologues africains dans de nombreux pays.

La branche philanthropique de Merck KGaA Allemagne, a via le Programme d’Accès aux Soins du Cancer organisé des sessions pour renforcer les capacités de prise en charge du cancer afin d’augmenter le nombre limité d’oncologues à travers le continent.

« La Fondation Merck se concentre sur l’amélioration de l’accès aux solutions de soins contre le cancer en développant une équipe de soins oncologiques multidisciplinaires dans chaque pays (comme l’oncologie Médicale, Chirurgicale, Pédiatrique, Gynécologique, la Radio-oncologie, le Technicien en radiation, les Soins infirmiers, le Pathologiste), car une approche d’équipe intégrée peut conduire à un meilleur résultat », a souligné le Dr. Rasha Kelej, CEO of Merck Foundation.

A ce jour plus de 80 oncologues ont été formés dans 26 pays. Parmi ces pays on note entre autres : La Gambie, la République Centrafricaine, le Libéria, la Guinée Conakry, le Burundi, le Tchad et la Sierra Leone.

Les efforts de la Fondation Merck sont appréciés par les Présidents Africains et les Premières Dames.

Le Président de la République Centrafricaine, S.E. FAUSTIN-ARCHANGE TOUADÉRA par exemple, a reconnu, les efforts de la Fondation Merck pour former ses médecins à devenir les premiers oncologues de leur pays afin que les gens puissent trouver les soins et prise en charge du cancer qu’ils méritent dans leur pays d’origine.

Pour la Première Dame du Libéria, S.E. CLAR MARIE WEAH, : «. Avoir nos propres spécialistes du cancer est quelque chose que nous n’avions jamais imaginé. J’apprécie profondément les efforts de la Fondation Merck ».

Selon les données, le fardeau du cancer en Afrique augmente avec des estimations récentes faisant état de 1,06 million de nouveaux cas de cancer par an. Ce chiffre devrait augmenter de 102% pour atteindre 2,12 millions en 2040.

De plus, le rapport mortalité-incidence en Afrique est nettement plus élevé que dans les autres pays. En effet, au moins 80% des patients en Afrique reçoivent un diagnostic de cancer à un stade avancé. L’un des principaux facteurs qui contribuent aux mauvais résultats du cancer en Afrique comprend une infrastructure limitée du système de santé et une pénurie de spécialistes en oncologie.

Par conséquent, le partenariat de la Fondation Merck avec les Premières Dames Africaines, les gouvernements locaux et le milieu universitaire a été la bonne stratégie pour résoudre ce problème urgent. Le programme « Merck Cancer Access Program » a été lancé en 2016 pour fournir des programmes de bourses et de master d’un, deux et trois ans en Inde, en Égypte, au Kenya et en Malaisie.

Il s’agit d’une initiative en cours car son objectif est de renforcer les capacités de prise en charge du cancer et sera étendu à plusieurs pays africains et pays en voie de développement cette année.

©Magazine24 avec APO Group

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *