Malawi : la présidence va contester la Cour constitutionnelle

Dans un communiqué, la présidence du Malawi a annoncé qu’il allait faire appel de la décision de la Cour constitutionnelle d’invalider les résultats de la présidentielle de mai 2019.

Va t’on vers une crise politique au Malawi ?

La réponse à cette question devrait être connue dans les jours à venir après l’annonce de la présidence de contester la décision de la Cour constitutionnelle d’annuler les résultats du scrutin présidentiel de mai 2019.

La cour ayant estimé au vu des éléments de preuves apportés par les opposants que le président Peter Mutharika n’a pas été « dûment » élu.

Peter Mutharika au pouvoir depuis 2014, affirmant qu’il ne pouvait pas être autorisé à se présenter.

Le porte-parole de la présidence, Mgeme Kalirani, a déclaré que le camp présidentiel avait réuni des documents pour attaquer la décision de la cour constitutionnelle.

Dans un communiqué Mgeme Kalirani a fait savoir que « La décision de (la) … cour ne peut être maintenue … cela créera beaucoup de problèmes dans la jurisprudence du pays ».

«C’est une grande erreur judiciaire.» a précisé le porte-parole de la présidence du Malawi.

La Cour constitutionnelle a surpris lundi les Malawites lorsqu’elle a annulé le scrutin présidentiel de mai 2019 qui avait déclaré Mutharika vainqueur.

Le tribunal avait évoqué des irrégularités «généralisées, systématiques et graves», qui comprenaient des fiches de résultats avec des sections effacées ou modifiées avec du liquide correcteur.

La Cour a ensuite ordonné la tenue d’une nouvelle élection.

Pour rappel, Peter Mutharika, président du Malawi depuis 2014, a remporté l’élection avec 38,57% des voix, le chef du parti d’opposition Lazarus Chakwera a obtenu 35,41% et le vice-président Saulos Chilima, qui avait formé son propre parti, avait récolté 20,24%.

©Magazine24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *