Mali: au moins 30 personnes tuées dans des attaques


Au moins 30 personnes, dont neuf soldats, ont été tuées dans trois attaques distinctes au Mali.

Vingt et une des victimes ont été tués vendredi lorsque des hommes armés ont attaqué le village d’Ogossagou dans le centre du Mali. Les insurgés ont incendié des maisons, des récoltes et du bétail.

L’attaque qui n’a pas été revendiquée, a été perpétrée par les assaillants juste après le retrait des troupes gouvernementales qui tentent de se redéployer dans la région de Kidal, a indiqué le chef du village, Aly Ousmane Barry.

Au moins huit soldats des Forces armées maliennes (FAMa) ont été tués dans une embuscade dans le village de Bintia dans la région de Mopti.

Un autre soldat a été tué lors de l’attaque qui a visé le camp militaire de Mondoro, régulièrement pris pour cible par des militants
dans la région de Gao.

Le Mali est en proie à l’instabilité depuis 2012, lorsqu’une rébellion islamiste a éclaté dans le nord.

Le village d’Ogossagou, où l’une des attaques de vendredi a eu lieu, abrite principalement des Peuls, un groupe ethnique largement musulman qui travaille traditionnellement comme éleveurs.

D’autres groupes ethniques au Mali – dont la communauté Dogon – accusent les Peuls d’être liés à des groupes djihadistes opérant dans la région du Sahel.

Ces accusations ont alimenté la violence interethnique ces dernières années.

En mars dernier, 160 personnes ont été tuées lors d’une autre attaque à Ogossagou, imputée par les autorités à une milice Dogon.

Cette attaque a conduit à plusieurs protestations antigouvernementales.

A la suite de ces rassemblements, le premier ministre de l’époque, Soumeylou Boubeye Maiga, avait démissionné.

©Magazine24 avec BBC Africa


3 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*