Sénégal : Évaluation des impacts positifs des projets financés par la BAD

Les administrateurs du Groupe de la Banque africaine de développement séjournent au Sénégal pour évaluer les projets financés par la Banque dans le pays.

Au cours de leur séjour, les membres de la BAD vont rencontrer les plus hautes autorités du pays ainsi que différents partenaires stratégiques.

Des échanges sont notamment prévus avec le ministre de l’Economie du plan et de la coopération, Amadou Hott, le gouverneur de la Banque pour le Sénégal, ainsi que son homologue des Finances et du budget, Abdoulaye Daouda Diallo, le gouverneur suppléant.

Des entrevues auront aussi lieu avec les ministres de l’Agriculture et de l’équipement rural, des Infrastructures terrestres et du désenclavement, du Tourisme et des transports aériens, du Développement communautaire, du Pétrole et des énergies.

Les projets financés, inscrits à l’agenda de la mission des administrateurs, ont un apport transformateur et un impact significatif pour les bénéficiaires dans la logique des cinq priorités clés de la Banque appelés « High 5 ».

Il s’agit, entre autres projets, de l’aéroport international Blaise Diagne qui a bénéficié d’une enveloppe 70 millions d’euros avec un objectif attendu de plus de 3 millions de passagers par an, et qui a contribué à faire du pays un hub du transport aérien grâce à une amélioration de la connectivité sous-régionale et internationale.

Le projet Train express régional (TER) avec un financement BAD de 120 milliards FCFA (environ 183 millions d’euros) aura un impact certain sur la mobilité des personnes et la liaison entre Dakar et sa banlieue.

L’autoroute à péage, est un des premiers projets réalisés par la Banque dans le cadre du partenariat public-privé (PPP) et a bénéficié d’un prêt de 12 millions d’euros (13,4 millions dollars). Cette infrastructure est en train de jouer un rôle significatif dans la décongestion urbaine de Dakar, avec un rôle économique important dans la circulation et la mobilité des biens et des personnes.

Le programme de renforcement de la résilience à l’insécurité alimentaire (P2RS), dotée d’une enveloppe BAD de 30, 64 millions de dollars, couvre 40 communautés rurales dans les régions de Fatick, Kédougou, Kolda, Matam, Tambacounda et Ziguinchor. Il a contribué à l’augmentation de la production céréalière et a déjà bénéficié à 2400 ménages. Il s’inscrit dans une stratégie globale de lutte contre la pauvreté, notamment par le développement des filières végétales et animales, le développement de la pêche et de l’aquaculture et l’appui à la commercialisation

Il faut aussi signaler dans cet agenda des administrateurs, les échanges prévus avec d’autres partenaires techniques, comme l’Agence de promotion des investissements (APIX), le Bureau de suivi du plan Sénégal émergent (BOS), la Délégation à l’entreprenariat rapide (DER), la Délégation générale à la promotion des pôles urbains de Diamniadio et du Lac Rose (DGPU) ; le Fonds souverain d’investissements stratégiques (FONSIS), mais également la société civile et le secteur privé.

Pour rappel, cette visite s’inscrit dans le rôle attendu des administrateurs qui apprécient périodiquement, sur le terrain, la qualité des projets financés par la Banque.

La Banque africaine de développement, partenaire du Sénégal depuis 1972, a financé jusqu’à présent 114 opérations pour un montant cumulé d’environ 3,15 milliards de dollars américains (1 878 milliards de FCFA). Les engagements en cours s’élèvent à environ 2 milliards de dollars (1 187 milliards de FCFA) et sont composés des projets du secteur public, des opérations du secteur privé et d’une garantie partielle de crédit pour la couverture du risque de change.

©Magazine24 avec APO Group

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *