Cameroun : reprise des élections dans les régions anglophones


Les électeurs de certaines parties des régions anglophones du Cameroun appelés à réélire leurs représentants au parlement et dans les assemblées départementales et locales.

Onze circonscriptions réparties dans le nord-ouest et le sud-ouest du Cameroun sont concernées par cette reprise ordonnée par le Conseil constitutionnel saisi par de nombreux partis politiques.

Toutefois, la date de ce nouveau vote n’a pas encore été fixée.

Parmi les raisons qui ont conduit à la reprise des scrutins il y a entre autres le fait que certains électeurs n’ont pas pu voter en raison de la distance que les électeurs devaient parcourir.

A en croire Valentine Njenje, avocate du parti d’opposition SDF, cité par la BBC, certains électeurs n’ont pas voté du fait que “les bureaux et centres de vote ont été déplacés”

A cela s’ajoute l’appel au boycott lancé par le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), de l’opposant Maurice Kamto estimant que la crise anglophone était “une raison majeure” pour ne pas présenter des candidats.

Les deux régions anglophones connaissent depuis plus de deux ans une crise sécuritaire ayant poussé ces dernières semaines au moins 8 000 Camerounais à fuir vers le Nigeria voisin..

Plusieurs jours avant le vote du 9 février, les combattants séparatistes anglophones avaient menacé de s’en prendre aux gens qui se rendront aux urnes, le jour du scrutin.

Le jour du scrutin, des affrontements ont été signalés dans la ville de Muyuka et des témoins auraient entendu des coups de feu dans les villes de Buea et de Kuma.

Mardi, au nom du parti au pouvoir, le RDPC, Grégoire Owana a déclaré à la télévision publique que la décision de reprendre le scrutin était frustrante mais que le parti “respectait la décision”.

©Magazine24


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*