Côte d’Ivoire : la BAD relance le projet aquacole de Dompleu

La Banque africaine de développement (BAD) a lancé, mercredi 11 mars à Man, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, la
composante Appui à l’autonomisation des femmes et des jeunes du Projet de renforcement des réseaux électriques du District des Montagnes, piloté par la société publique Côte d’Ivoire Énergies et mis en œuvre par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

« Ce projet est une branche importante du projet d’électrification rurale dans la région, a expliqué Raymond
Kitandala, expert énergie à la Banque. À terme, 20 000 ménages devraient bénéficier de l’électricité. Mais accéder à
l’électricité nécessite des ressources financières. C’est pourquoi il ne faut pas limiter l’électricité aux seuls
usages domestiques. Il faut l’utiliser pour créer des activités génératrices de revenus. »

La Banque finance la composante autonomisation des femmes et des jeunes à hauteur de 1,07 million de dollars.

D’une superficie de quatre hectares, la station de Dompleu sera exploitée par une centaine de jeunes de la région. Elle produira, chaque année, 500 000 alevins de tilapia au niveau de la station d’alevinage et 150 tonnes de poissons tilapia pour le marché local, national, voire sous-régional.

D’autre part, des groupements de femmes et de jeunes seront encadrés pour mettre en place des activités agricoles,
notamment la culture du manioc et du riz. Ils produiront annuellement 600 tonnes d’attiéké et de farine de manioc, 400 tonnes de riz décortiqués.

« C’est une opportunité pour nos populations. Elles doivent saisir cette occasion pour renforcer la cohésion sociale en
développant les revenus des femmes et des jeunes. », a indiqué Karim Diarra, préfet de Danané.

Pour Samy Gaiji, représentant résident de la FAO en Côte d’Ivoire, il était « plus facile d’investir en faveur des
femmes. L’investissement est plus rentable, c’est un catalyseur pour les communautés locales. »

Le projet bénéficiera à plus de 6 000 femmes et jeunes et contribuera au développement des chaînes de valeur et de
transformation dans le District des Montagnes, selon Samy Gaiji. « La Côte d’Ivoire dispose des conditions suffisantes
pour produire au niveau aquacole et répondre aux besoins nationaux. La FAO mettra tout en œuvre pour la réussite du projet. Mais ce projet ne réussira que si les groupements cibles se l’approprient », a-t-il plaidé.

©Magazine24 avec APO Group

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *