São Tomé-et-Principe et Malabo pour une coopération énergétique


Les autorités de São Tomé et Príncipe et de Guinée équatoriale sont convenues de la création d’une Zone spéciale d’exploration conjointe pour explorer et développer les réserves transfrontalières de pétrole et de gaz qui se trouveraient dans les blocs bordant la zone maritime de chaque pays.

 

La décision a été prise cette semaine à Malabo entre Osvaldo Abreu, ministre des Travaux publics, des Infrastructures, des Ressources naturelles et de l’Environnement de São Tomé et Príncipe et Gabriel Mbaga Obiang Lima, ministre des Mines et des Hydrocarbures de Guinée équatoriale.

Cette rencontre faisait suite à plusieurs accords de coopération signés l’année dernière lors de la visite officielle du président Evaristo Carvalho en Guinée équatoriale concernant l’exploration pétrolière conjointe dans la zone maritime que les deux pays partagent.

Les deux ministres ont discuté de plans pour accélérer les efforts d’exploration conjoints dans les blocs de leur zone maritime et s’attendent à ce que les opérations démarrent dès octobre 2020.

São Tomé et Príncipe devrait également bénéficier de l’expérience de la Guinée équatoriale dans le secteur des hydrocarbures, en particulier en matière d’exploration, de production et de monétisation pétrolières et gazières offshore. À cet égard, la Guinée équatoriale a accepté de sélectionner des étudiants de São Tomé e Príncipe pour suivre des cours liés au pétrole dans le pays.

São Tomé et Príncipe pourrait être la prochaine frontière en matière de pétrole et de gaz. Elle a déjà attiré plusieurs acteurs internationaux dans ses blocs, dont Galp Energia, opérateur du bloc 6 et Kosmos Energy, opérateur du bloc 11.

La major internationale Shell est également présente dans les deux blocs avec une participation de 20% et 30% respectivement. En début d’année, Galp a annoncé qu’elle allait forer son premier puits dans le bloc 6 d’ici la fin 2020, suite aux levés sismiques effectuées depuis 2017.

Dans son ambition d’ouvrir une nouvelle frontière pétrolière dans les eaux africaines, São Tomé et Príncipe espère s’appuyer sur l’expertise de ses voisins africains. Le pays partage une autre zone commune avec le Nigéria, le plus grand producteur de pétrole d’Afrique, qui a abouti à la signature d’un traité en février 2001.

Le golfe de Guinée recèle un potentiel similaire d’exploration et de développement conjoint entre São Tomé et Príncipe et la Guinée équatoriale, mais aussi avec le Cameroun et le Nigéria.

 

©Magazine24 avec APO Group


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*