Chine Covid-19 : des Africains expulsés de leurs maisons après des rumeurs


Plusieurs africains auraient été expulsés de leurs maisons dans la ville chinoise de Guangzhou après qu’une rumeur selon laquelle les communautés africaines étaient devenues un nouveau foyer du coronavirus ait été répandue.

Les communautés africaines devenues un nouveau foyer du coronavirus dans la ville chinoise de Guangzhou, voici ce qui a poussé depuis quelques jours, les autorités sanitaires de la ville chinoise de Gangzhou à faire du porte-à-porte pour tester les immigrants africains.

Cette rumeur a conduit des propriétaires et des hôtels à refouler des centaines d’Africains. Des chefs de communauté, ont été mis en quarantaine malgré des tests de dépistage du virus négatifs.

Des centaines d’entre eux sont désormais sans abri, au moment où de plus en plus que des villes comme Guangzhou redoutent une seconde vague de l’épidémie.

Plusieurs ambassadeurs africains en Chine ont écrit au ministre des affaires étrangères du pays pour dénoncer “la stigmatisation et la discrimination” de leurs concitoyens.

Samedi, dans un tweet,l’ambassade de Chine au Zimbabwe a rejeté ces accusations précisant que : “La Chine traite tous les individus dans le pays, qu’ils soient chinois ou étrangers, sur un même pied d’égalité”.

Un étudiant Nigerian raconte qu’il est forcé de se cacher. “Je fuis [la police] à cause de la façon dont ils testent les gens et prétendent que la personne est malade, en lui faisant toutes sortes d’injections”, a-t-il déclaré.

“Ils vont dans des maisons et font sortir les gens, les gardent dans des hôtels. Je ne fais que me cacher et vivre par la grâce de Dieu”.

À la fin des années 2000, Guangzhou disposait de la plus grande communauté africaine d’Asie. Mais ces cinq dernières années, le nombre d’Africains vivant dans la ville a diminué.

Beaucoup disent être victimes de fréquentes discriminations, faire face à des restrictions en matière de visas et à des difficultés pour faire des affaires.

©Magazine24 avec BBC


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*