BAD : Akinwumi Adesina en lice pour un deuxième mandat

Alors que son mandat tire à son terme, Dr Akinwumi Adesina, l’actuel président de la Banque africaine de développement (BAD) se présente pour un second mandat.

 

Que retenir des actions de M. Adesina à la présidence de la BAD ?

A en croire la Chambre africaine de l’énergie qui soutient la réélection de M. Akinwumi Adesina pour un deuxième, sous sa direction, l’accès à l’électricité et le développement durable ont été au cœur de la stratégie de financement et de développement de la banque.

D’après la Chambre africaine de l’énergie, le Dr. Adesina s’est servi de sa solide expérience en tant que ministre nigérian de l’Agriculture de 2011 à 2015 pour apporter un vent d’inovation au sein de la banque.

En tant que président de la BAD depuis 2015, il a dirigé des programmes de réforme complets et nécessaires et de nouvelles initiatives qui ont mis la banque à la pointe du financement du développement de l’Afrique sur la scène mondiale.

Son combat pour la reddition de comptes et la responsabilité dans toutes les facettes de la BAD a apporté des changements positifs non seulement à la BAD mais surtout aux Africains de tous les jours, et les résultats sont impressionnants.

Les principales initiatives ont inclus la décentralisation des activités de la BAD vers les bureaux régionaux, le lancement du Forum sur l’investissement en Afrique en 2018, et des progrès significatifs vers la réalisation des objectifs de l’Union africaine à l’horizon 2063 grâce aux 5 priorités stratégiques de la banque – dont l’une est « Light Up and Power Africa ». Grâce à son travail dans ce domaine, la BAD a contribué à fournir un accès à l’électricité à 18 millions de personnes.

Le Forum sur l’investissement en Afrique, qui s’est tenu pour la première fois en 2018 à Johannesburg, a mobilisé 38,7 milliards de dollars d’investissements en Afrique et 40,1 milliards de dollars dans son édition 2019.

« La réussite d’Akinwumi Adesina est double. Il a positionné et solidement établi la Banque africaine de développement en tant qu’acteur principal du financement du développement en Afrique, en mettant l’accent sur l’énergie et une approche basée sur la réforme et dirigée par le secteur privé. Il a associé cela à un engagement à mettre les citoyens africains au premier plan de son mandat », a déclaré NJ Ayuk, président de la Chambre africaine de l’énergie.

Sous la direction du Dr. Adesina, la BAD a soutenu la construction d’installations d’énergie renouvelable et de projets gaziers. Il a été une voix ferme dans la promotion de l’utilisation responsable des ressources énergétiques de l’Afrique et des mesures visant à atténuer l’impact du changement climatique sur les économies africaines.

« L’Afrique devrait utiliser ce qu’elle a et non ce qu’elle n’a pas. Nous avons un ensoleillement illimité et un grand potentiel pour le vent, l’hydroélectricité et la géothermie », a-t-il déclaré en marge de la conférence COP22 sur le changement climatique en 2016. « Nous avons besoin d’un mix énergétique équilibré. Certains pays africains ont du gaz et du charbon, qui peuvent être utilisés d’une manière propre, et ils devraient l’utiliser. »

Les défis auxquels sont confrontés des millions d’Africains avec le Covid 19, le déficit d’infrastructures, la pauvreté énergétique, la transparence et la diversification économique sont plus importants que jamais, et l’Afrique a besoin d’individus comme le Dr. Adesina à des postes de direction pour aider la BAD à mieux servir ce continent où nous vivons tous

©Magazine24 avec APO Group

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *