Au Mali, la BAD soutient la création d’emplois des jeunes en milieu rural

Au Mali, les emplois pour jeunes sont très rares notamment en zones rurales. Grâce à la Banque Africaine de développement (BAD), l’entreprise Moulins Modernes du Mali peut désormais grâce la production locale de farines et de pâtes alimentaires faire face au défi de créer des emplois pour aider les jeunes.

 

L’entreprise a obtenu un financement de 16,8 millions d’euros de la BAD, en 2014, pour l’extension et la diversification de ses activités industrielles.

Un soutien qui a permis à l’entreprise de construire sept chaînes de production installées à Ségou avec une capacité de production annuelle de 27 000 tonnes de pâtes alimentaires, 7 200 tonnes de couscous de blé, mil et maïs et 55 000 tonnes de farine. Les résidus de la production seront valorisés sous la forme de production d’aliment pour le bétail (environ 84 000 tonnes par an).

« Moulins Modernes du Mali a été créé pour faire face aux besoins alimentaires de la population. Notre succès est d’assurer l’autosuffisance alimentaire au Mali, explique Abdou Dramane Tassembedo, le directeur général de M3. Sans la Banque africaine de développement, ce projet n’aurait certainement pas vu le jour. Il a permis de créer plus de 400 emplois directs et 1 000 indirects. Nous travaillons pour améliorer l’emploi des jeunes et pour leur permettre de réussir en Afrique. », a-t-il indiqué.

Hamidou Fane, 32 ans et boulanger est l’un des bénéficiaires des chaînes de production mises en place par Moulins Modernes du Mali (M3). « Nous avons de nombreux clients réguliers. Presque tous les habitants de la commune de Ségou sont nos clients. Avec l’implantation du moulin M3, nous obtenons la farine à un prix assez bas et avec cette farine, nous produisons du pain à un coût réduit », explique-t-il.

À Ségou et dans les villages environnants, la baguette de pain coûte 100 francs CFA. « Cela ne s’est jamais fait ici auparavant. Il fallait débourser 150 FCFA pour une baguette. Aujourd’hui, il est facile, pour la plupart des Maliens, d’y avoir accès parce que nous faisons notre pain sur place. Je passe mes journées au travail : je fais mon pain et le vends à la population, c’est ce que j’aime le plus », conclut Hamidou.

©Magazine24 avec APO Group

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *