Ouganda : l’opposant Bobi Wine accuse la police d’avoir « torturé » un proche

Le chanteur et opposant ougandais, Bobi Wine, candidat à la présidentielle, accuse la police d’avoir torturé et rendu aveugle, Francis Zaake un de ses proches.

 

Francis Zaake, un parlementaire a été arrêté le 19 avril par la police pour « viol présumé » des règles de distanciation sociale imposées par les autorités de Kampala pour lutter contre la propagation de la Covid-19 due au coronavirus.

Ses partisans affirment que le parlementaire a été arrêté après avoir distribué de la nourriture aux gens de sa résidence par solidarité pour les aider à faire face au confinement décrété par le gouvernement.

Lors d’une conférence de presse à Kampala, Bobi Wine a fait savoir que « Zaake a été torturé dans chacune des cellules où il était en détention. Ses yeux ont été aspergés d’une substance qui l’a rendu aveugle ».

Robert Kyagulanyi de son vrai nom s’est exprimé en ces termes après qu’un tribunal de la capitale ougandaise a refusé d’inculpé Zaake transporté lundi sur une civière dans les locaux du parquet. Le tribunal a refusé de l’inculper et a plutôt ordonné qu’il soit emmené à l’hôpital et traité en urgence, a déclaré le porte-parole du pouvoir judiciaire, Solomon Muyita.

De son côté, Patrick Onyango, un porte-parole de la police a rejeté les faits selon lesquels, Francis Zaake a été torturé.

Selon les chiffres officiels, l’Ouganda compte 75 cas de COVID-19 et aucun décès. Le pays dispose de l’un des dispositifs de confinement les plus stricts d’Afrique pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus.

Toutes les écoles et les entreprises, à l’exception des plus essentielles, ont reçu l’ordre de fermer. Ces interdictions ont également été imposées aux véhicules publics et privés ainsi qu’à tous les rassemblements publics.

©Magazine24

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *