L’Inde balayé par le cyclone Nisarga, des centaines de milliers de personnes évacuées

©Photo d’illustration

Environ 100 000 personnes ont été évacuées de Mumbai, la capitale économie de l’Inde en raison du passage du cyclone Nisarga qui a balayé mercredi le sud de la ville. Ces évacuations font suite aux risques de tempête qui pourrait s’accompagner d’inondations et de vents violents au niveau des plages et des bidonvilles où les autorités municipales luttaient pour contenir la pandémie de coronavirus.

Les images rapportées par les médias indiens montraient la puissance des vents soufflant la mer sur la côte ouest de l’Inde déracinant des arbres alors qu’une pluie battante tombait sur les villes et villages côtiers de l’État central du Maharashtra.

A Mumbai, la capitale des affaires qui abrite la plus grande bourse de l’Inde et où vivent plus de 18 millions d’habitants – des vents violents ont balayé les gratte-ciel et détruit les baraques près de la plage.

C’est la première fois depuis plus d’un siècle que Mumbai n’avait pas été touchée par un cyclone. Cela a contraint les autorités à ordonner l’évacuation d’environ 10 000 personnes de leurs maisons. Ces intempéries arrivent au moment où les autorités avaient réquisitionné beaucoup de grands et robustes bâtiments de la ville comme centres d’isolement ou de traitement COVID-19, a déclaré le porte-parole de la Force nationale de réaction aux catastrophes Krishan Kumar en précisant que « des gens ont été placés dans d’autres bâtiments solides où il y a un approvisionnement en eau, ».

Dans les heures qui ont précédé le passage de la tempête sur les côtes indiennes, les conducteurs et les colporteurs ont déserté l’emblématique Marine Drive de Mumbai, les pêcheurs ont retiré leurs filets de la mer d’Oman ondulée et la police a chassé les gens des plages.

Les maisons des bidonvilles ont été condamnées et abandonnées, et les fonctionnaires municipaux ont patrouillé dans les rues, utilisant des porte-voix pour ordonner aux gens de rester à l’intérieur.

Selon le département météorologique indien, le cyclone Nisarga devait être accompagné de pluies abondantes et des vents violents de 100 à 110 kilomètres à l’heure jusqu’à mercredi après-midi après avoir touché la terre ferme près de la ville d’Alibag, à environ 98 kilomètres au sud de Mumbai.

A Alibag, des images partagées sur Twitter par l’agence indienne de gestion des catastrophes ont montré des chariots renversés, des routes parsemées d’arbres tombés et des toits de maisons arrachés.

Dans l’État de Goa, au sud du Maharashtra, jusqu’à 127 millimètres de pluie torrentielle ont été enregistrés, soit environ une semaine de pluie en moyenne, a indiqué l’agence.

A Maharashtra et au Gujarat voisin, l’agence de presse Press Trust of India indique que près de 100 000 personnes ont été évacuées des zones à risques. Dans ces deux États déjà durement touchés par la pandémie de coronavirus, des équipes d’intervention en cas de catastrophe ont été déployées pour parer au plus urgent en cas notamment de vastes inondations qui pourraient davantage affaiblir le système de santé déjà débordé.

©Magazine24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *