Kenya : des funérailles dispersées

La police a tiré des gaz lacrymogènes pour disperser une foule présente lors des funérailles d’un artiste.

Les faits ont eu lieu vendredi à Kisumu lorsque la police a tiré des gaz lacrymogènes sur des centaines de Kenyans venus rendre hommage au chanteur décédé.

Or, selon le protocole sanitaire circonstanciel, toute personne décédée de la Covid-19 doit être inhumé dans les 24h dans la stricte intimité ce à quoi la famille et les fans ont refusé.

La foule en colère qui a dénoncé un manque de respect a repris le corps de Bernard Obonyo, dit Abenny Jachiga, et l’a ramené à la morgue. Obonbyo, 33 ans, est décédé le 11 juin.

Son frère a déclaré au quotidien kenyan The Daily Nation que le chanteur souffrait de douleurs thoraciques et abdominales sévères, de difficultés respiratoires et vomissait du sang avant son décès.

La famille et les autorités n’ont pas précisé s’il avait été testé pour le nouveau coronavirus.

La famille d’Obonyo a demandé une semaine aux autorités pour organiser les funérailles de la star.

©Magazine24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *