De Nouveaux Accords pour Elargir l’Accès à 20 Médicaments Contre le Cancer

L’American Cancer Society (ACS) et la Clinton Health Access Initiative (CHAI) ont annoncé aujourd’hui des accords avec les sociétés pharmaceutiques Pfizer, Novartis et Mylan pour élargir l’accès à 20 traitements anticancéreux vitaux dans 26 pays d’Afrique Subsaharienne et d’Asie.

Les patients devraient économiser en moyenne 59 % sur les médicaments achetés dans le cadre de ces accords. »Avec une croissance rapide du taux de cancer en Afrique, il est essentiel que nous améliorions et élargissions l’accès à un traitement de qualité et abordable. Ces accords s’appuient sur ceux annoncés en 2017 qui ont déjà permis de réaliser des économies substantielles et d’augmenter la disponibilité des traitements dans plusieurs pays, dont le Nigéria.

En ciblant le traitement nécessaire pour les cancers qui causent le plus de décès, ces nouveaux accords nous aideront à améliorer la qualité de vie et à combler l’écart de mortalité pour les Africains atteints de cancer », a déclaré le professeur Isaac Adewole, coprésident de l’African Cancer Coalition et ancien ministre de la Santé du Nigéria.

Les médicaments inclus dans les accords couvrent les schémas thérapeutiques recommandés pour 27 types de cancer et permettent des traitements de chimiothérapie complets pour les trois cancers qui causent le plus de décès en Afrique – le cancer du sein, du col de l’utérus et de la prostate.

Ces cancers sont très faciles à traiter et représentent 38 % des cancers dans les pays couverts par les accords. Les nouveaux accords incluent à la fois des chimiothérapies et des thérapies endocriniennes alignées sur des directives factuelles harmonisées pour l’Afrique Subsaharienne, et élargissent l’accès à des formulations supplémentaires, notamment celles qui sont essentielles pour le traitement du cancer infantile.

« Avec l’augmentation si rapide des cas de cancer en Afrique Subsaharienne, il est impératif d’avoir accès à un traitement du cancer abordable qui réponde aux normes de qualité fixées par une autorité réglementaire rigoureuse », a déclaré William G. Cance, MD FACS, Directeur Médical et Scientifique de l’American Cancer Society. « Cette collaboration a le potentiel d’avoir un impact considérable sur l’accès aux soins et de sauver d’innombrables vies ».

Le taux de cancer en Afrique Subsaharienne est important et ne cesse de croître. En 2018, on estime à 811 000 le nombre de nouveaux cas de cancer et à 534 000 le nombre de décès dû au cancer dans la région. Les patients atteints de cancer en Afrique Subsaharienne ont deux fois plus de chances de mourir que ceux aux États-Unis, souvent en raison d’un diagnostic tardif et du manque d’accès aux traitements.

Si l’on se base uniquement sur le vieillissement de la population, les décès annuels dus au cancer en Afrique Subsaharienne devraient presque doubler d’ici 2030. Les nouveaux accords concernent 23 pays d’Afrique et couvrent 74 % des cas annuels de cancer.La nouvelle initiative comprend Pfizer, Novartis et Mylan, et étendra l’accès aux médicaments et formulations prioritaires prévus dans les accords à d’autres pays.

Tous les médicaments inclus dans les accords respectent les normes de qualité fixées par une autorité réglementaire stricte telle que la Food and Drug Administration (FDA) américaine ou l’Agence européenne des médicaments (EMA). Ces médicaments seront disponibles à l’achat à des prix nouvellement et indépendamment négociés dans les pays désignés, et les entreprises se sont engagées à surveiller l’impact de leurs accords respectifs avec la CHAI.

Ce nouveau partenariat pour l’accès au cancer est une initiative de Allied Against Cancer et une expansion du partenariat pour l’accès à la chimiothérapie. ACS et CHAI ont commencé à travailler ensemble en 2015 pour améliorer les soins et le traitement du cancer en Afrique Subsaharienne, en collaborant avec les gouvernements et les institutions de traitement du cancer pour remédier aux inefficacités du marché, améliorer les chaînes d’approvisionnement et augmenter les achats pour garantir que des médicaments de qualité soient disponibles à des prix abordables. Cette collaboration a montré que l’accès à des traitements anticancéreux de qualité peut être élargi de manière durable.

Le Dr Iain Barton, Directeur Général de la CHAI, a déclaré : « Bien que nous ayons fait des progrès dans l’amélioration de l’accès aux traitements anticancéreux vitaux en Afrique Subsaharienne au cours des dernières années, il reste encore beaucoup à faire. Cette collaboration est une étape importante dans la fourniture de traitements anticancéreux de haute qualité à un plus grand nombre de patients, ce qui nous rapproche d’un traitement anticancéreux équitable pour tous ».

En 2017, les membres d’Allied Against Cancer, ACS et CHAI, ont annoncé des accords avec Pfizer et Cipla pour élargir l’accès à 16 médicaments essentiels pour le traitement du cancer dans six pays d’Afrique Subsaharienne. Les accords d’accès au marché ont garanti des prix compétitifs, permettant à ces gouvernements de réaliser des économies substantielles et d’améliorer la qualité et la quantité des traitements disponibles.

Grâce à ces accords, plusieurs gouvernements et hôpitaux africains ont renforcé leur engagement à se procurer les médicaments anticancéreux nécessaires en utilisant les économies réalisées pour augmenter les volumes de médicaments achetés, en mettant en place des systèmes innovants pour fournir des médicaments anticancéreux de haute qualité et en augmentant les budgets consacrés aux soins et au traitement du cancer. Les pays qui ont eu accès à des produits grâce à ces accords ont réalisé des économies de 56 % en moyenne.

En conséquence, les patients bénéficient d’un accès plus large à des chimiothérapies de qualité dans presque tous les pays inclus dans les accords initiaux. Trois nouveaux pays ont été ajoutés en novembre 2019.

« Depuis que nous avons conclu un partenariat avec la CHAI et l’ACS en 2017, nous avons pu constater l’impact positif que peut avoir un accès durable à des médicaments anticancéreux de qualité et abordables sur les patients des communautés vulnérables en Afrique », a déclaré Rhulani Nhlaniki, responsable du pôle Pfizer pour l’Afrique Subsaharienne et responsable pays pour l’Afrique du Sud.

« Nous restons attachés à ce modèle qui contribue à réduire la charge écrasante qui pèse sur les patients et les systèmes de santé, et nous sommes heureux de pouvoir élargir notre offre de chimiothérapie dans le cadre du programme afin de mieux répondre aux besoins des patients ». »Novartis réimagine la médecine et l’accès aux soins en Afrique Subsaharienne en plaçant le patient au centre de tout ce que nous faisons », a déclaré Racey Muchilwa, directrice de Novartis pour l’Afrique Subsaharienne.

« Cet accord est une étape importante pour fournir des médicaments vitaux à un plus grand nombre de patients atteints de cancer en Afrique. Ayant personnellement constaté le nombre croissant de cancer qui frappe les patients et les nombreuses familles touchées en Afrique, je suis très enthousiaste à l’idée de cette collaboration qui réunit de multiples parties prenantes visant à améliorer considérablement l’accès aux médicaments contre le cancer dans de nombreux pays ».

Mylan est fier de rejoindre CHAI, ACS et cet important groupe d’intervenants de l’industrie pour aider à élargir l’accès aux médicaments essentiels pour les patients en oncologie. Mylan s’est engagé depuis longtemps à soutenir les personnes touchées par les maladies non transmissibles, notamment le cancer, qui ont un impact significatif sur les pays à faible et moyen revenu. Nous nous réjouissons de continuer à faire notre part en élargissant l’accès aux traitements par des initiatives telles que le Partenariat pour l’accès au cancer et en travaillant avec tous les acteurs du système de santé pour aider à servir la communauté », a déclaré Rakesh Bamzai, Président de Mylan pour l’Inde et les marchés émergents.Les accords d’accès au marché constituent un plus grand effort visant à améliorer l’accès à des soins de qualité contre le cancer en Afrique.

En 2019, l’ACS, la CHAI, la Coalition africaine contre le cancer, le Réseau National Complet sur le cancer (RNCC) et IBM se sont associés pour établir Allied Against Cancer. Cette coalition tire parti des atouts de chaque organisation pour établir des liens avec la communauté africaine des oncologues et lui donner les moyens de fournir des soins de qualité contre le cancer, et s’efforce de poursuivre des collaborations supplémentaires basées sur le marché pour améliorer l’accès aux médicaments contre le cancer dans la région.

Le NCCN, l’ACS et la CHAI travaillent également avec la Coalition africaine contre le cancer, qui regroupe 110 oncologues de premier plan de 13 pays africains, pour adapter les directives de pratique clinique en oncologie du NCCN (NCCN Guidelines®) afin de créer le NCCN harmonisé Guidelines™ pour l’Afrique Subsaharienne.

Ces NCCN Harmonized Guidelines™ pour l’Afrique Subsaharienne décrivent des approches pragmatiques qui offrent des options de traitement efficaces pour améliorer la qualité des soins dans les milieux à ressources limitées et sont disponibles gratuitement pour les prestataires de soins de santé sur www.NCCN.org/harmonized. IBM et ACS ont également développé ChemoSafe (https://bit.ly/3897c5H), une série de ressources de formation pour le personnel de santé régional afin de guider le transport, le stockage, l’administration et l’élimination sûrs des médicaments dangereux.

Les pays inclus dans les accords sont : Afrique du Sud, Botswana, Cameroun, Eswatini, Éthiopie, Ghana, Côte d’Ivoire, Kenya, Lesotho, Liberia, Malawi, Mali, Mozambique, Namibie, Nigeria, Rwanda, Sénégal, Sierra Leone, Soudan, Tanzanie, Ouganda, Zambie et Zimbabwe, en Afrique ; et Vietnam, Inde et Myanmar en Asie. Des oncologues, des gouvernements et des organisations à but non lucratif de bon nombre de ces pays ont contribués à ces accords en partageant des informations et des commentaires avec l’équipe de la CHAI.

©Magazine24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *