Burundi : toujours pas de traces du journaliste Jean Bigirimana

L’inquiétude est grande parmi la famille et les proches de Jean Bigirimana. Le journaliste n’a plus donné des nouvelles de lui depuis 1 500 jours.

Qu’est devenu Jean Bigirimana ? Où est-il passé ?

Depuis 1500 jours, sa famille et ses proches sont sans nouvelles de lui, les plongeant de une angoisse interminable.

A l’occasion de la célébration de la Journée internationale des personnes disparues, l’Ong Amnesty international a décidé d’attirer l’attention des autorités de Bujumbura sur disparition mystérieuse.

D’après l’Ong de défense des droits humains, Jean Bigirimana aurait été arrêté par le Service national de renseignement (SNR) depuis le 22 juillet 2016, et son épouse Godeberthe Hakizimana et leus deux jeunes fils attendent toujours des explications.

Pour Deprose Muchena, directeur pour l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe à Amnesty International, « Plus de quatre ans après la disparition forcée de Jean Bigirimana, le fait que le gouvernement burundais n’ait toujours pas révélé ce qu’il est advenu de lui est un affront aux principes de vérité, de justice et d’obligation de rendre des comptes ».

©Photo d’illustration/Des gerbes de fleurs devant un poster géant du journaliste disparu

« Le gouvernement du président Evariste Ndayishimiye doit immédiatement mettre fin à la pratique de disparitions forcées, mener des enquêtes exhaustives sur ces disparitions forcées et, lorsqu’il existe suffisamment d’éléments tendant à prouver une responsabilité pénale, traduire en justice les responsables de disparitions forcées.

Les familles ont le droit de connaître la vérité quant au sort réservé à leurs proches. »Jusqu’à sa disparition, Jean Bigirimana, travaillait au sein du Groupe de Presse Iwacu, l’un des derniers organes médiatiques indépendants du Burundi.

Il faisait partie des quelques journalistes qui avaient résisté aux manœuvres d’intimidation et de harcèlement qui avaient forcé de nombreux professionnels des médias à fuir le Burundi après la tentative de coup d’État du 13 mai 2015 contre le président défunt Pierre Nkurunziza qui venait d’être réélu pour un troisième mandat.

Jean Bigirimana a été vu pour la dernière fois le 22 juillet 2016 à Bugarama, dans la province de Muramvya, à environ 45 kilomètres de la capitale Bujumbura.

Des témoins ont confié à Amnesty qu’il avait été arrêté par des personnes qui semblaient faire partie du Service national de renseignement (SNR). Ce jour-là, l’un des collègues d’Iwacu de Jean Bigirimana a reçu un appel anonyme signalant son arrestation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *