Pérou-Covid-19 : 6000 volontaires pour des essais cliniques d’un potentiel vaccin

Medical personnel at work in the intensive care unit of the hospital "Hopital cantonal fribourgeois (HFR)" during the coronavirus disease (COVID-19) outbreak, in Fribourg, Switzerland, Monday, March 30, 2020. Countries around the world are taking increased measures to stem the widespread of the SARS-CoV-2 coronavirus, which causes the COVID-19 disease. (KEYSTONE/Anthony Anex)

Environ 6000 personnes ont été retenues pour la phase d’essais cliniques d’un potentiel vaccin anti-covid dévéloppé par un laboratoire chinois.

Ces essais du vaccin du groupe chinois Sinopharm consistent à inoculer par injection intramusculaire au bras 3.000 volontaires, âgés de 18 à 75 ans. Ces derniers ne devaient pas avoir déjà contracté le nouveau coronavirus.

Après cette première phase, un second groupe de 3.000 volontaires recevra le vaccin en octobre sur les 9.000 volontaires qui se sont inscrits pour prendre part à ces essais.

L’opération consiste injecter à ces volontaires constitués en trois groupes de 2000, deux souches du virus et un placebo.

D’après l’agence France Presse, 2.000 recevront la souche dite « Wuhan », 2.000 la souche dite « Beijing » et les 2.000 autres recevront un placebo.

Ces essais cliniques seront supervisés par une mission scientifique chinoise d’une trentaine de personnes chargée de coordonner le projet de Sinopharm dont les résultats ne sont pas attendus avant décembre.

Pays d’Amérique Latine, le Pérou qui a franchi mardi la barre des 30.000 décès compte le taux le plus élevé au monde de morts rapporté au nombre d’habitants, avec 91 décès pour 100.000 habitants, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *