Tchad : un prévenu exfiltré du tribunal de N’Djamena par des membres de sa famille

Photo d’illustration de l’armée tchadienne

Un officier de l’armée condamné à 5 ans de prison ferme pour coups et blessures volontaires mortels, a été extirpé par ses parents de la salle d’audience où ils assistaient au délibéré.

Que s’est-il passé au Tribunal de première instance de N’Djamena lors du procès de Mahamat Haroun, un colonel de l’armée tchadienne condamné par la justice pour coups et blessures volontaires mortels.

Selon des témoins sur place, l’ancien colonel arrêté en août dernier après un accrochage avec un mécanicien qui s’est soldé par la mort du civil.

Les faits avaient donné lieu à de vives protestations au marché champ de fil dans le 5e arrondissement de la capitale tchadienne.

Mais jeudi, lors du délibéré, l’ancien haut gradé de l’armée sera extirpé par ses proches, essentiellement par des femmes armées lourdement, alors que celui-ci venait d’être condamné à cinq ans de prison.

Le prévenu reste introuvable puisque embarqué dans un véhicule vers une destination inconnue.

A la suite des faits, l’ordre des avocats a annoncé la suspension des activités sur l’étendue du territoire pour protester.

Aux dernières nouvelles, l’ancien militaire et ses complices ont été arrêtés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *