Nigéria : une dizaine de manifestants tués selon Amnesty international

©Photo d’illustration/image washingtonpost/des centaines de nigérians manifestent depuis plusieurs jours pour exiger la fin des brutalités policières

L’Ong de défense des droits humain, Amnesty International a déclaré dans un communiqué qu’au moins dix manifestants avaient été tués par la police au Nigeria lors des manifestations organisées jusqu’à lundi pour exiger la dissolution d’une unité controversée de la police.

L’annonce de la dissolution de la Sars, une unité de police nigériane chargée de réprime le vol n’a pas suffi pour calmer les nigérians qui manifestent depuis plusieurs jours pour dénoncer la brutalité policière.

Dans un tweet mardi, l’Ong a affirmé que la police avait abattu dix manifestants dans plusieurs villes du pays. Les victimes sont des militants et des jeunes qui protestaient contre les brutalités commises par le personnel de la Sars dont les éléments sont accusés d’extorsion, de torture et d’exécutions extrajudiciaires.

D’après Amnesty International, les meurtres présumés commis par la police ont eu lieu dans les États d’Osun, de Lagos et à Abuja où la police aurait utilisé des balles réelles pour réprimer une manifestation des jeunes qui réclamaient la fin des brutalités policières.

A la suite de ses affirmations, lOng de défense des droits humains a appelé les autorités à respecter le droit des Nigérians de manifester pacifiquement.

Les autorités n’ont pas encore commenté les affirmations d’Amnesty International. En revanche, la police a déclaré que deux officiers avaient été tués et trois autres gravement blessés au cours des protestations signalées la semaine dernière et qui se sont poursuivies jusqu’à lundi.

Dans un communiqué, la police de Lagos a affirmé que certains manifestants armés avaient attaqué un poste de police et libéré deux ravisseurs présumés lundi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *